Photo de couverture

Moodymann – DETROIT'S FINEST

Moodymann – DETROIT’S FINEST

Moodymann, Kenny Dixon Jr, est un des êtres les plus énigmatiques, engagés et discrets du monde de la house music, se refusant à toute interview. Et cette prise de distance avec les médias n’a fait qu’agrandir le spectre de son aura House et Techno au fil des années. Aujourd’hui producteur et patron du Label Mahoganyi, c’est comme disquaire que Moodymann a commencé sa vie professionnelle. Dans sa ville natale – Détroit –  il a parcouru pas mal de shops, ce qui l’a notamment amené à rencontré l’une des figures mythiques de sa ville natale, Blake Baxter, pilier de la techno et certainement l’un des producteurs les plus sous-estimés de Détroit. Repéré, Moodyman devient alors très vite le résident d’un des clubs les plus mythiques de sa ville : le Outcast Motorcycle Club. Pour la petite anecdote, à cette époque son nom de scène était « House » et non Moodymann ; Ce qui témoigne certes d’un grand amour pour le genre, mais qui devait un peu perdre tout le monde, notamment sur les flyers des soirées…

Vers le milieu des années 90, Moodymann se lance dans la production avec son compatriote Théo Parrish, avec qui ils représentent la 2ème vague de musique électronique from Detroit – la première faisant référence aux années 80 et aux papas Juan Atkins, Derrick May,  Kevin Saunderson ou encore à Blake Baxter, évoqué précédemment

Les productions artistiques de Moodymann sont lourdes de sens et rappellent les origines du genre, l’histoire de sa ville et de sa musique. On dit que la créativité née parfois des plus grandes difficultés. Derrick May disait d’ailleur « A Détroit, tu deviens soit drogué/dealer, soit basketteur ou musicien ».  Rappelons qu’en 2007 Detroit avait plus de meurtres que Los Angeles et New York, villes de plus de 8 millions d’habitants… De quoi être inspiré !

Et de l’inspiration il y en a dans la musique de Moodymann. Amoureux de samples soulful et de classic jazz, des longues lignes de basses lentes et langoureuses, le producteur fait preuve d’un soucis du détail omni-présent. Sa musique n’est pas seulement faite pour danser mais bien pour y prêter une attention toute particulière, la mélodie primant sur le rythme. Lors d’une interview, le producteur disait d’ailleurs : « Je ne fais pas de la musique pour les masses qui dansent dessus, je fais de la musique pour la petite minorité qui l’écoute « .

Tout est dit, non ?

Maintenant, place à la musique. On vous a fait une sélection de ses meilleurs titres. On commence tout de suite avec « The Day We Lost The Soul ». 

Fermez les yeux, ouvrez votre cœur et laissez vous emporter par « Ya Blessin me » 😀

Aussi, nous ne pouvions pas clôturer ce billet sans vous parler du projet Three Chairs, groupe que Moodymann forme avec Theo Parrish, Marcellus Pittman et Rick Wilhite. Quatre producteurs au talent incommensurable qui se sont associés pour produire une house soul jazzy de grande qualité. Voici 2 tracks qu’ils ont sorti sur le vinyle  » 3 chairs project « 


Et voila pour le joli tour de pistes. On espère que ça vous a plus et que vous en savez dorénavant un peu plus sur Moodymann et sur sa musique… Et si vous voulez écouter ce que peut donner l’un de ces morceaux en vrai, dans un dj set tout frais tout beau, rendez-vous vendredi soir au Klub à Châtelet pour notre soirée DISCO LIMO INFERNO.

et laissez l’énergie disco pénétrer à l’intérieur de vous…

Cheers !

Équipe Amine Zayani | None
Amine Zayani
Optimiste hyperactif, je suis un amoureux de la fête libre, tolérante et ouverte à toute personne de bonne humeur qui font la teuf avec coeur. J'adore quand ça groove, quand c'est happy, quand ça se mélange et parfois quand ça tabasse mais toujours avec de l'idée. Mon cocktail préféré : Un Vodka-Get avec plein de glaçons !