Photo de couverture

La Sélection du Disquaire #2 – Techno Import

Deuxième édition de la sélection du disquaire : une chronique dans laquelle nous partons à la rencontre de ces diggers passionnés, à travers une série de questions (parfois insolites) ainsi que leur sélection musicale du moment.

Cette fois, nous nous sommes rendus au 16 Rue des Taillandiers dans le temple parisien de la techno et des musiques électroniques, Techno Import, rencontrer Mazen, l’hôte des lieux…

Bonjour Mazen, depuis combien de temps Techno Import existe? Quel est l’histoire derrière sa création?

Ca fait 20 ans qu’il existe, l’histoire c’est que je mixais Hardcore, Hardtech et ces styles là n’étaient pas distribués sur Paris, il y avait que d’autres styles comme la House, la Disco etc…  Et comme je voyageais souvent en Hollande, Belgique ou en Allemagne, j’ai fait importer ce style.

A l’époque tu faisais comment pour sourcer tes disques vu qu’il y avait pas internet? 

J’avais construit des valises sur roulettes et je prenais le train de nuit, y avait pas le TGV qui n’existait pas encore, pour arriver le lendemain en Hollande. Ou sinon en journée mais ça prenait six, sept heures pour y aller. Il fallait éviter les pickpockets pour ne pas se faire dépouiller à 4h du matin, mais sinon tout allait bien.

Place à la question d’actualité, est-ce que tu penses qu’il y a un renouveau du vinyle ou la clientèle s’est toujours maintenue?

Il y a toujours eu une clientèle qui a existé mais il y a eu une baisse des ventes pendant cinq années consécutives avec l’apparition des nouvelles technologies, les Traktor, Serato et compagnie. Les gens se sont mis là-dedans car c’est la simplicité, t’appuie sur un bouton et tout est calé. Mais ils se sont aperçu que ce n’est pas du tout la même démarche que d’acheter des vinyles, d’essayer de les caler et de s’amuser avec. Quand tu mixes vinyle, il y a un travail d’écoute et de technique que tu apprends en mixant, ce qui n’est pas le cas sur les autres supports.

OK! Alors passons à la sélection, tu nous préparé cinq morceaux, peux tu nous les présenter?

Cinq morceaux relativement récents excepté un qui est un ancien sorti de la cave.

Le premier est un disque House de Julian Perez, le Recycle Record 001, c’est un repress de bonne house assez dancefloor, sans trop de vocales qui reste bien groove comme il faut.

Le deuxième c’est le Truncate 11, Truncate c’est un artiste de techno qui marche très fort et qui est sur la scène Dub Techno, Deep Tech.

On va passer au troisième, c’est le Houndstooth 30, AKKORD HTH030, il y a une face un peu ambiant electronica pour se détendre un petit peu et l’autre face qui envoie en Techno pas trop aggressive. Un disque qui se vend bien actuellement.

Ensuite on arrive sur de la Micro House, avec le Heisenberg (Breaking Bad quand tu nous tiens), le Secret Weapons 001, un various avec entre autres un artiste roumain qui s’appelle Little Hado. Le disque est joli en transparent bleu, pas trop cher à 11,50€, c’est la meilleure vente sur les deux dernière semaines en Micro House.

Pour le dernier, tu nous as choisi un disque qui fait parti des anciens c’est ça?

Oui, c’est un disque que j’ai sorti de notre stock, établi sur ces 20 dernières années. Les disques ont étés amorti sur la durée et la quantité et donc ce sont des « anciens neufs » à prix cassé entre 3 et 5 euros.

Là, c’est un disque du label de Daemon Wild, Synewave, un label anthologique de techno qui existe lui aussi depuis plus de 20 ans! C’est de la techno assez soft style Détroit.
C’est Synewave 54 « Classify As Unclassified » d’Echoplex.

Merci pour cette sélection!

De rien c’est avec plaisir!

Voilà une sélection tous horizons qui, on l’espère, vous donneras envie d’aller digger parmi de nombreuses références et de vous faire conseiller par l’oreille experte de Mazen!

La page facebook de Techno Import

Le site web de Techno Import

Équipe Polair | 8
Polair
L'autre papa, taulier depuis le début de la musique électronique au Limo. De la techno industrielle berlinoise à la disco house des plus groovy en passant par de la micro à la roumaine, je vous parlerai de tous les styles qui ont ce petit truc qui fait battre nos coeurs. Si j'étais un cocktail je serais un long island ice tea, sucré mais violent. Pour des mixs et démos, c'est par ici >> https://soundcloud.com/polairwatso