Photo de couverture

Innoko – Honest Places EP

Cet article s’adresse à tous ceux qui là, maintenant, ressentent le besoin d’une pause, de s’arrêter un moment au milieu de ce foisonnement d’évènements tous plus merdiques et tristes les uns que les autres. Un petit break sans prétention, qui n’engage à rien sauf peut-être à lâcher un peu la pression vis-à-vis de l’afflux médiatique aussi constant qu’incohérent qu’engloutissent nos cerveaux.

Respirons donc un bon coup grâce à ce petit rêve musical qu’est « Honnest Place », deuxième disque d’ Innoko, jeune groupe bien dans sa peau originaire de l’Etat du Delaware qui pratique une indie folk très suave, flirtant doucement avec les clichés barbus Instagram Hawai, mais pensée délicatement et produite avec soin.

Ces quelques vingt minutes de musique nous glissent dans la peau de pré-hipsters un peu défoncés, apprentis Bon Iver et Cat Power en vacances (et sandales confortables), qui se lâcheraient un petit peu plus que d’habitude car devant un concert de Fool’s Gold sur une Ile paradisiaque. Pieds nus dans le sable, sous une grande paillote au bord de l’eau, nos corps se trémousseraient gentiment, transe légère après quelques mojitos de trop. Plongés dans une nuit bleutée, viendrait ensuite le temps du repos éveillé avec nos meilleurs amis. Adossés à des palmiers de fonds d’écrans Haute Définition, bercés par les nappes répétitives d’une guitare et de sa pédale delay oubliées sur scène, on s’abimerait tous ensemble dans un dense plafond d’étoiles. Connectés à l’univers et un peu concons, certains sur le moment que C’EST CA LA VIE.

Suffit d’appuyer sur le bon bouton :

L’air iodé se dissipe peu à peu, il est temps maintenant de revenir, aérés, reposés, et d’essayer d’embrasser avec discernement cette époque quand même assez fumeuse dans laquelle nous vivons.

Le disque vient de sortir et il est téléchargeable gratuitement par ici.

Jean Calin et la nature.png
JeanCalin
Co-rédac-chef amical et responsable, j’ai en général la flemme d’écrire sauf quand je m’adonne à cette manie légèrement égocentrée de postillonner mon obsession pour la musique émotionnelle et confortable. Pop parfois trop criarde, souvent dépressive, rn’b mal fagoté, musique électronique bucolique et groove qui groove pas toujours toujours au programme. PS : Je galère à ne pas placer le mot mélancolique dans toutes mes chroniques. PLEASE HELP.