Photo de couverture

Funk & Samba : Mais Amor Por Favor !

Comme il apparaît difficile d’écrire aujourd’hui, après l’horreur, après l’angoisse. Vendredi soir, beaucoup de jeunes Français se sont dis “Merde ! ça aurait pu être moi.” Vendredi soir, des gens à l’autre bout du monde ont décidé que notre culture était un problème et ont continué d’œuvrer à répandre leur terreur. Vendredi soir, nous avons TOUS eu peur.

Mardi, la pression commence à retomber. Nous pouvons nous poser et essayer de prendre du recul face à la connerie la plus terrible : celle qui engendre la barbarie. On l’a vu dire de partout, enfin, surtout sur les réseaux sociaux pour l’instant, mais la réponse à la violence est TOUJOURS l’amour. L’amour de l’esprit d’ouverture, l’amour de la tolérance, l’amour de la réflexion et de la critique, l’amour des autres. Perdre cela serait perdre notre seule véritable utilité.

Alors pour lutter à notre niveau contre tous ceux qui veulent imposer leur pensée niquée à un monde qui l’est tout autant, et qui s’octroient le droit de tuer ceux qui ne seraient supposément pas d’accord, voici la deuxième partie de notre série Funk & Samba, intitulée « Mais amor por favor », pour l’amour de la musique. Et on espère de tout cœur que celle-ci adoucisse RÉELLEMENT les mœurs.

 

Chico Buarque – « Essa Moça Ta Diferente »

Chico Buarque fait partie des initiateurs du genre appelé Música Popular Brasileira (MPB), issu de la fusion de différents styles comme la bossa nova, la samba, le jazz et le rock’n’roll dans les années 60. Cette chanson parle de son amour pour une fille qui a trop pris confiance en elle suite à ses éloges. Un son qui sent bon les sixties, les jupes qui se raccourcissent et les femmes qui prennent leur envol si vous voulez notre avis !

Caetano Veloso – « You don’t know me »

Fils de facteur, très pauvre, Caetano Veloso est très différent des autres chanteurs de l’époque. Obligé de s’exiler en Angleterre à cause de son positionnement politique très à gauche, il fonde le mouvement Tropicalisme avec Gilberto Gil là bas. Il ressort des collaborations un son plus international, plus psychédélique aussi. Les paroles sont en anglais et les textes sont engagés. Une des plus grandes stars du Brésil encore aujourd’hui !

 

Seu Jorge – « Rock’nRoll Suicide »

Présenté dans le premier papier « Funk & Samba«  , voici la reprise du tube de David Bowie par Seu Jorge. La chanson originale vous mettait déjà bien la chair de poule ? Attendez d’avoir écouté cette version en portugais !!

Rita Lee – « Baila Comigo »

Pour terminer, une chanson de Rita Lee qui chante son amour pour la nature, son envie de revenir à la Terre et d’habiter dans la forêt avec ses amis indiens. “Vivre nu, peint en vert, dans un éternel dimanche” : et si c’était elle qui avait raison ?

On espère vous avoir remonté le moral et vous avoir donné l’envie de continuer à découvrir de la musique. Et comme dit dans un tweet avisé Daesh qualifie dans son communiqué Paris de « la capitale des abominations et de la perversion ». La flatterie ne les mènera nulle part. »

Peace !

La team Limo

Équipe Clémence DL | 139
Clémence DL
Chroniqueuse rock du Limo mais ouverte d'esprit. Sur une île déserte, j'emporterais "Meddle" de Pink Floyd et "Ziggy Stardust" de David Bowie. Et je deteste le Nutella. Mon Cocktail Préféré : Le Picon-Bière

ÇA PEUT VOUS PLAIRE