Photo de couverture

Cinéma, drogue douce & rock'n'roll

Un film musical se distingue par le fait que le film et la musique sont complémentaires et indissociables, la création musicale ne valant rien sans celle visuelle, et inversement. A ne pas confondre donc avec la comédie musicale puisque lorsque on enlève la musique de West Side Story, c’est juste Roméo et Juliette, en fait. Certains artistes et groupes ont voulu s’essayer au genre du film musical, afin de proposer une nouvelle expérience qui accompagnerait leurs sons, avec plus ou moins de succès. On va s’attarder ici sur le versant « rock » de ce genre : Opéras-rock, expérience live, animation, biopic… tout est bon pour lâcher son micro et passer devant, derrière, ou même à côté de la caméra ! La fascination des rockeurs pour le grand écran est bien réelle, et l’on pourrait presque se demander si, dans leurs arts bruts et éphémères, ils ne voient pas là l’occasion de graver dans le marbre (ou sur la pellicule) l’étendue de leurs talents.

Dans le cadre de son dossier (au long cours) “Musique et Cinéma”, le Limo vous livre donc sa sélection des meilleurs « films musicaux avec du rock dedans », ceux qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie.

 

The Beatles – A Hard Days Night

 

Les Beatles ont tout fait (ou presque), il n’est donc pas étonnant qu’ils aient eu l’idée de faire un film musical de leurs aventures. On vous entend les détracteurs au fond « oui c’est de la pop, Beatles = boys band, aux chiottes les scarabées« , ça va ! On peut ne pas être sensible au style qui peut paraitre parfois simpliste, mais le fait est que sans les Beatles la musique n’aurait jamais pu évoluer comme elle l’a fait dans les décennies suivantes. Cela mis à part, le film est ici fidèle à l’esthétique du groupe au début des années 60 grâce (entre autre) à la réalisation de Richard Lester : les 4 garçons dans le vent ont toujours leurs jolies mèches bien peignées, le sourire colgate et des petites têtes de gendres idéaux. Trois jours dans la vie des stars, accompagnés dans leur voyage par le grand-père (enfin, un acteur qui joue son grand-père) de Paul Mc Cartney qui s’amuse à foutre le bordel partout où il passe. On y découvre surtout 4 jeunes mecs qui s’adorent, qui kiffent leurs vies ensemble sans bien comprendre ce qu’il se passe autour d’eux et on perçoit déjà une envie d’aller beaucoup plus loin que cette image sage de groupe pour midinettes qu’on leur a collée. Il faut rappeler ici que, dès le départ, le groupe n’a eu de cesse que de se tourner en dérision. Pour la petite histoire, ils souhaitaient en premier lieu intituler leur film « Beatlemania » ou « The Beatles ». Un jour, après une longue journée en studio, Ringo Star craque en sortant et dis « It was a hard day… night », se rendant compte qu’il était beaucoup plus tard qu’il ne le pensait. John Lennon a donc décidé de troller (comme à son habitude), a repris la phrase tel quelle et est reparti en studio avec les autres pour enregistrer la chanson. En tout logique donc, on retrouve ici l’humour caractéristique des anglais. Comme l’ont dit les Beatles en interview :  » – Vous ne faites plus de reprises de standards américains pendant vos shows, pourquoi ? – Parce que maintenant on les écrit. » Boum ! À mater avec son BFF pour fêter l’amitié et les souvenirs de jeunesses.

 

The Who – Quadrophenia

 

Les Who se sont essayés plusieurs fois à l’exercice de l’Opéra-Rock (sous-genre du film musical). Réalisé par Franc Roddam, Quadrophenia est le deuxième qu’ils ont réalisés, après Tommy sorti en 1969. Ce dernier avait fait un tabac lors de sa sortie, tandis que Quadrophenia a eu plus de mal à rencontrer le succès. Alors que, entre nous, l’histoire d’un aveugle qui devient champion de flipper c’est quand même un peu trop utopique, même pour Hollywood. Dans ce second film donc, les Who se sont attachés à nous raconter l’histoire de Jimmy, un jeune mod avec ses problèmes de jeunes (encore) mais aussi à nous dépeindre les émeutes de 1960 à Brighton entre bandes rivales : les mods VS les rockeurs.

Comme un vrai opéra, l’album est décomposé en quatre thèmes représentant chacun une facette de la personnalité du héros. Une sorte de « 4 saisons » de Vivaldi en plus vener quoi ! Le nom de Quadrophenia est un mélange de schizophrenia et de quadro qui signifie… 4 ! Merci Captain Obvious. Chacune des personnalités de Jimmy est également associée à un membre du groupe : le romantisme de John Entwistle, le côté lunatique de Keith Moon, l’entêtement de Roger Daltrey et l’hypocrisie de Pete Townshend. Une personnalité plutôt stable à priori.
Certains critiques considèrent cet album comme le plus abouti des Who. La technique nécessaire pour réaliser les morceaux est impressionnante : deux morceaux sans début ni fin puisque ils commencent par un fade-in de la chanson précédente, rythmique, arrangement, ligne de basse dantesque… On n’est peut être pas des experts (vous l’avez?) mais on pense pouvoir affirmer que c’est un film abouti. À voir avant un gros live de rock avec des bières, histoire de devenir complément stupide et de kiffer sa soirée.

 

Pink Floyd – Live at Pompeii

 

Le Live à Pompei des Floyd est au film musical ce que Pulp Fiction est au cinéma : un putain de coup de génie ! En même temps on est pas super objectif puisqu’on pense que Pink Floyd EST le génie, tout simplement. Mais quand même. Les mecs se sont dit “Tiens, on va squatter l’amphithéâtre de Pompei, on va faire un live sans public, on va le filmer et ça va être grandiose”. Et le pire c’est qu’ils ont eu raison. ça en deviendrait presque exaspérant de perfection !

Les Floyd sortent une première version en 72 de 60 minutes présentant les scènes de Pompei et celles enregistrées en studio à Paris. En 74, ils rajoutent 20 minutes de reportage sur eux les montrant en train de préparer l’enregistrement de The Dark Side of the Moon. À la fin, on obtient un film hybride, où la pureté du son du groupe ressort à merveille. On est embarqué avec eux dans cette aventure complètement surréaliste. À mater avec une bande de potes et beaucoup de weed.

Pink Floyd Live at Pompeii (1972) (Original Cut) from Sto Helit on Vimeo.

 

The Rocky Horror Picture Show

 

Tu es gluten free ? Tu trouves tout “sympa” ? Tu ne supportes pas de “rien faire pendant le week-end” ? Sans vouloir te commander, ne regarde pas The Rocky Horror Picture Show, tu ne vas pas comprendre. Pour les autres, ne passez surtout pas à côté de ce condensé de folie, parodie musicale de série B et autres films d’horreurs. Mené d’une main de maitre par Tim Curry et Susan Sarandon, et réalisé par Jim Sharman, le film est à ce jour toujours projeté dans plusieurs salles dans le monde, plus de 40 ans après sa sortie (au Studio Galande à Paris par exemple, ndlr), signe du niveau cultisme de l’œuvre.

Ambiance Bowie, cabaret, rock, sexuelle, parodique… Une sorte de melting pot complètement ubuesque de tout ce que le monde avait à offrir de plus barré en 1975. À mater au cinéma où les fans s’amusent régulièrement à jouer le film pendant la projection : ambiance garantie. Le petit plus pour les feignants, le film est dispo en entier sur Youtube (mais chut, on ne vous a rien dit).

 

Spinal Tap

 

N’oublions pas ce grand film musical qu’est Spinal Tap, faux documentaire réalisé par Rob Reiner sur un faux groupe de Hard Rock 80’s (à la Scorpion, Motorhead, Kiss… vous voyez le genre). Comprenant tous les ingrédients d’un documentaire sur une tournée : interviews, concerts, backstage, remises en questions, engueulades… Mais en mode foutage de gueule complet ! Le premier degrés inhérent au milieu est bien tourné en dérision, et parfois on s’ y croirait (a part peut être l’obligatoire ancien batteur décédé par… autocombustion). La bande a poussé le réalisme assez loin en sortant un véritable album avec le film, reprenant les morceaux du groupe, qui vous vous en doutez use et abuse de tous les poncifs du genre (solo !!!). Une comédie curieuse, loufoque et culte à mater défoncé bien sur.

Seu Jorge – La Vie Aquatique

 

« Cousteau et ses copains ont inventés l’idée du talkie-walkie dans le casque. Nous, on a l’antenne sur le dessus qui permet de passer de la musique. » Dès la bande-annonce, Wes Anderson annonce la couleur : le son sera au centre de La Vie Aquatique avec (l’inénarrable) Bill Muray. Tout comme Quentin Tarantino ou Danny Boyle, les morceaux utilisés dans ses films ont toujours une véritable importance narrative. Le réalisateur donne donc un rôle à Seu Jorge, un musicien brésilien, et lui demande de réaliser une dizaine de reprises de David Bowie dans sa langue maternelle. Wes Anderson fait intervenir la musique à toutes les étapes de création afin qu’elle puisse s’intégrer parfaitement dans l’oeuvre. Il ira même jusqu’à enregistrer la bande-son pendant le tournage, ce qui n’est pas sans difficultés vous pouvez l’imaginer. Obtenir un son correct d’un simple guitare/voix sur un bateau à vapeur en marche et en pleine mer, on dit chapeau l’artiste ! Vous pourrez d’ailleurs en juger sur la vidéo ci-dessous.

Alors, oui, on ne retrouve pas que des morceaux de Seu Jorge dans La Vie Aquatique, mais quand même, ce film et sa bande-son sont tellement indissociables qu’on peut donc le classer sans problème dans la catégorie « film musical ». En plus c’est notre blog donc on fait ce qu’on veut, toc ! À mater pendant les vacances au soleil avec une caïpi.

 

Alex Turner – Submarine

 

Le film, sorti en 2011, a été réalisé par Richard Ayoade et est accompagné d’une BO originale signée Alex Turner (le chanteur des Arctic Monkeys). L’histoire d’Oliver Tate, cet adolescent de 15 ans, est plus mignonne qu’un gif de bébé loutre faisant un câlin à sa maman ! Le thème est assez simple : comment faire comprendre à sa voisine de classe qu’on est amoureux d’elle ? Comment faire que sa mère ne quitte pas son père pour un gourou ? Comment s’en sort au lycée quand on s’obstine à porter un costard ? Bref, une vie d’adolescent lambda dans une ville lambda. Mais les images sont si léchées, les personnages si attachants et la BO vous plonge si intensément dans cette époque désormais révolue qu’est l’adolescence que vous ne pourrez rester insensible ! En 6 titres, Alex Turner a su retranscrire toute l’émotion du film, les paroles accompagnant à merveille les images. Ces chansons trouvent d’ailleurs tellement leur place qu’elles sont présentes dans leur intégralité. De l’amour brut et beau on vous dit ! À regarder absolument un dimanche pluvieux avec un chocolat chaud !

Quelque soit le style que vous appréciez, il y a encore une palanquée de films qu’on pourrait vous recommander : l’escapade onirique Electroma des Daft Punk, l’oper’hardcore David Comes to Life des punks canadien de Fucked Up, le film – album Magnum de Philippe Katerine, le fameux docu fiction 8mile sur Eminem (que vous avez certainement déjà maté)… N’hésitez pas à digger un peu partout, on tombe sur des pépites, parfois même réalisées par cet artiste dont on pensait tout connaitre. Car regarder un film musical, c’est rentrer à coup sur dans une autre dimension, où image et son ne font qu’un, une véritable « expérience pour l’utilisateur » à faire pâlir d’envie les départements marketing des vendeurs de casques à réalité augmentée. Le film musical a le pouvoir de vous faire prendre toute la mesure de la démarche artistique des groupes et présente souvent un spectre beaucoup plus large de leurs talents, et c’est en ça qu’il est fascinant.

On vous laisse donc avec cette longue liste de films à (re)voir et on espère que ça vous aura donné envie d’en découvrir d’autres !

Peace !

La team Limo

Équipe Clémence DL | 139
Clémence DL
Chroniqueuse rock du Limo mais ouverte d'esprit. Sur une île déserte, j'emporterais "Meddle" de Pink Floyd et "Ziggy Stardust" de David Bowie. Et je deteste le Nutella. Mon Cocktail Préféré : Le Picon-Bière