Photo de couverture

Brock Berrigan – Diamond In The Rough LP

Brock Berrigan – Diamond In The Rough

Au Limonadier, comme vous le savez, on aime bien suivre nos trouvailles de près. Non pas qu’on soit possessif ou fétichiste, non non, c’est juste que quand on aime le boulot des artistes, il y a souvent un petit goût de « mais qu’est-ce qu’ils vont bien pouvoir nous envoyer après cette merveille ? ».

C’est un peu dans cet esprit qu’en 2011, déjà, on vous présentait le tout premier LP d’un producteur du Queen’s qui répondait au mystérieux alias de Brock Berrigan, œuvrant du côté Hip Hop de la force.

5 ans plus tard, le mec a un nombre impressionnant de prod au compteur, et ce n’est rien de moins que le onzième album qu’on vous présente aujourd’hui. Vous n’étiez pas aux premières loges et vous vous sentez un peu perdu ? Pas d’inquiétude, voilà une belle petite pépite de l’époque qui nous avait déjà bien ambiancé, «Week-end in the wilderness» 

 

Depuis, Brock Berrigan a doucement glissé vers un univers plus positif et moins mortifère, fait d’amour et de bonnes vibes. Autant vous dire que si à l’époque nous avions déjà trouvé ça cool, le onzième et dernier opus nous a totalement conquis ! Sans plus attendre, on vous en envoie un extrait grandiose, qui donnera d’ailleurs le titre de l’album, «Diamond in the Rough» :

On entre là dans une prod très fouillée, pleine de clin d’œil et de citations jazzy à souhait, du groove, des lignes de basses furieusement efficaces et une drum bien au fond du temps qui va vous faire grimacer de plaisir et hocher frénétiquement la tête en mode « Break ya neck nigg*z ». Le résultat nous rappelle finalement certaines prod décalées de la maison Chinese Man Records ou les références très fouillées des serial-digger de The Avalanches. Vous remarquerez ce piano délicat, qui s’invite avec discrétion et classe au dessus du beat, comme si Bill Evans s’était invité à une soirée trap (vous visualisez un peu ?).

Au beau milieu de cet univers chill-hop qu’on croirait inventé pour nous sortir de la torpeur d’un week-end déraisonnable à souhait, Brock Berrigan nous glisse un petit son funky, comme un cœur choco-surprise à l’intérieur de ton muffin aux noisettes. Sobrement mais efficacement intitulée « Funk It » la track nous envoie des petites cocottes de guitares disco à la Nile Rodgers sur une basse bien groovy comme on les aime. La recette est certes simple, mais redoutable (c’est dans les vieilles marmites qu’…).

Mais tout de suite après cette petite pause funky, on reprend sur un Chillhop aux accents très soul, grâce a ces chœurs presque gospels et cette petite voix suave qui se glissent au milieu des accents de violon. Brock Berrigan arrive merveilleusement bien à jongler dans sa production pour créer ce moment ou l’on écoute un morceau et où on se dit, dans un cris intérieur et guttural, « rhaaa c’est bon çaaaa ». Exemple à 0:31 avec le morceau « What the ». CQFD :

Comme à son habitude et pour notre plus grand plaisir, le gentleman vous propose de télécharger son opus pour le montant que vous voulez, et si c’est vraiment la disette et que vous êtes obligés de choisir entre vous envoyer un big mac moyennement digérable ou télécharger cet album excellent (pour votre santé sonore), il vous reste toujours l’option du streaming gratuit directement sur sa page Bandcamp.

Retrouvez également Brock Berrigan sur sa page facebook pour lui mettre des petits coeurs partout 

Équipe Charly | 21
Charly
Chroniqueur du Limo, musicien et boulimique de vinyle, j'aime toutes les musiques qui me secouent les tripes. J'aime aussi monter les blancs en neige pour la tarte au citron, mais c'est un autre sujet. Mon Cocktail Préféré : Une Margarita Supersize à la paille

ÇA PEUT VOUS PLAIRE