Photo de couverture

Mixshake | Peter Clamat

Pour cette deuxième édition des Mixshakes nous avons eu la chance de rencontrer le patron de Big Bait Records, Niels Hofheinz plus connu sous le nom de Peter Clamat. Cette interview nous a permis de découvrir un artiste entrepreneur de talent, qui possède une vision à 360 degrés de la House. Alors trève de bavardage, lancez ce mixshake et plongez dans cette entrevue passionnante!

Salut Peter, peux tu te présenter en quelques mots ?

Né en 1977, fanatique de musique, patron de label, Dj, ingénieur son.

Depuis combien de temps crées tu de la musique? Quelle est ton installation?

Enfant, j’ai joué de le flûte à bec et du piano – et j’ai détesté ça. Ce que j’aimais c’était mon poste radio pour jouer des cassettes et des disques. Pourquoi diable apprendre à jouer d’un instrument, alors qu’on peut acheter des disques et des cassettes audio ?!

A 16 ans j’ai découvert le djing, les vinyles et tout ce qui y est lié. Ça a été comme une révélation. L’étape suivante fut de commencer à produire. Quelques mois après mon bac j’ai découvert un vieux Atari ST2000 dans le sous-sol du bureau de mon père, un de mes amis a récupérer Cubase 3.1 pour Atari, j’ai dépensé mes économies dans un sampleur ainsi qu’un synthétiseur et j’ai commencé à produire.

Ça m’a pris quelques années pour tout maîtriser, mais au final c’est passé…

Mon installation dépend de mon humeur et de mon ennui avec les sons de certains synthés. C’est une MPC 1000 qui est au cœur de mon installation. C’est elle qui me permet de travailler mes beats et d’élaborer les grandes lignes d’un morceau. Donc c’est autour d’elle que j’ai construit mon environnement midi. Actuellement j’ai un Micro Korg, un Juno-6 auquel j’ai ajouté une entrée midi, un Alpha Juno 2, une boite à rythmes MFB-503 et un Freebase fb383. Très souvent j’ajoute des plugs-in en post-prod sur Logic. Et c’est également sur Logic que je finis le travail de composition.

Dans ma chambre, j’ai un Yamaha AN1X qui dort et un Korg Poly800 cassé. De temps en temps, je joue avec un Quasimidi Sirius mais il siffle comme une cascade et il est en midi omni uniquement donc pas forcément mon premier choix…

Pourquoi as tu fondé Big Bait Records? Quel est l’esprit derrière le label?

Depuis 1995, j’ai une certaine idée de l’essence du groove et une définition personnelle de la Deep House. Quand j’avais 17 ans, les vieux labels étaient comme de grandes églises de la sagesse underground. Je voulais devenir un jour un de ces prédicateurs qui apportent la joie aux fidèles.

Au commencement Big Bait n’était rien de plus qu’un label DIY pour sortir la musique de mes potes et la mienne. Ce fût sacrément difficile au début. Mais, au fil des années c’est devenu bien plus que ça et la passion de communiquer une certaine conception de la musique fût plus forte que mon besoin de sortir mes propres sons. Et bien sûr, j’adore laisser les choses se développer!

Est-ce que ton travail en temps que patron de label influence ton travail de producteur ?

Je dirais oui et non. Rien n’arrive sans être influencé dans la vie. Donc probablement que oui. Mais aujourd’hui je n’ai aucune idée de comment les choses seraient différentes si je ne dirigeais pas un label.

Quel serait ton artiste de rêve à produire sur Big Bait ? Et celui avec lequel tu aimerais faire du son ?

Tout d’abord j’ai vraiment hâte de voir tous les nouveaux artistes qui arrivent sur Big Bait en 2015 comme Odysea, Hendrik Vogel, Joseph Tracker, Georgi Barrel ou Mathias Fiedler. J’aimerai faire quelques remixs et coproductions avec eux. Roman Mühlschlegel est aussi quelqu’un avec qui j’adorerais travailler cette année.

Et s’il y avait un artiste de rêve à sortir sur Big Bait ce serait probablement Max Graef ou, rapidement avec espoir, Glenn Astro.

Que penses-tu de la scène « House » actuelle? Est-ce que tu penses qu’il y a toujours un écart entre les Etats-Unis et l’Europe comme il y avait dans les années 90?

Est-ce qu’il existe toujours une scène House américaine qui sort du commun? En Allemagne on est abreuvé par la House européenne, que personnellement j’ai toujours préférée. J’ai grandi avec des idôles françaises comme Motorbass, I-Cube et bien sur Daft Punk. La House française a longtemps été comme un paradigme de la House groovy. Vous souvenez-vous du label Versatile de Gilbert Cohen ? Un modèle !

J’ai travaillé avec des artistes US comme Rick Wade et Jenifa Mayanja et j’ai eu l’impression que les gens aux Etats-Unis ont une vision légèrement différente de la House et de la musique électronique en général. Alors que la House US puise encore ses racines dans un monde techno-répétitif, la House européenne devient de plus en plus ludique, principalement influencée par la Soul, la Disco et le Jazz, et non plus par la Techno.
Mais cela reste une impression personnelle.

Pour résumer je dirais que la scène House européenne s’est émancipée de celle des US dès le milieu des années 90 et s’est développée indépendamment. Aujourd’hui nous avons tellement de styles de Dance et de House européens différents que j’ai perdu le fil depuis un long moment.

Et la question du Limonadier, si tu étais une boisson que serais-tu?

Un Moscow Mule accompagné d’une très forte bière au gingembre brassée artisanalement. 😉

Merci Beaucoup!!!

Avec plaisir ! Merci à vous…

 

Soundcloud de Peter Clamat

Facebook de Big Bait Records // Soundcloud

————————————————————————————–

Peter Clamat’s Mixshake For Limonadier Tracklist :

Ugly Drums – Get Up (unkown label)
Max Graef – Drums of Death (Tartelet)
Daniel Lesemann – Drums (Outplay)
Leigh D. Oliver – Blood Will Never Heal That Wound – Max Graef RMX (Get Large)
CETEPEO’57 – Kackwursthouse (Voyage)
Torben – der Lappen der Erleichterung (Torben)
Torben – Bongoklaus (Torben)
Max Graef – N° 5 (The Gym)
Gene Sewing & Max Graef – Cool Track 42 (intent)
Detroit Swindle – Me, Myself & You (Cuthead RMX) (Dirt Crew)
Torben –  Zur Trümmerlatte (Torben)
First Choice – Love Thang (Genius Of Time Rework)(Verktyg)

Équipe Polair | 8
Polair
L'autre papa, taulier depuis le début de la musique électronique au Limo. De la techno industrielle berlinoise à la disco house des plus groovy en passant par de la micro à la roumaine, je vous parlerai de tous les styles qui ont ce petit truc qui fait battre nos coeurs. Si j'étais un cocktail je serais un long island ice tea, sucré mais violent. Pour des mixs et démos, c'est par ici >> https://soundcloud.com/polairwatso