Inutile de vous le rappeler mais c’est pourtant ce qu’on est en train de faire : le printemps bat son plein. Ce qui implique indubitablement des apéros entre amis qui finissent trop tard, des bujitos chelous et autres “aaah c’est bien quand il fait beau quand même”. Parce que le soleil est depuis peu bel est bien la, et que le regain d’énergie qu’il vous procure vous donne surtout envie de faire de la merde.

Au limo on a donc ce qu’il vous faut aujourd’hui avec notre Weekly Shot : Electronic sour, garni de House côté “mix en terrasse” de la force, pour vous aider à casser le peu de motivation, de raison et de foi dans le secteur tertiaire qu’il vous reste. Vous pouvez désormais négliger vos tableurs Excel et slides Powerpoint pour ne penser qu’aux moments où vous vous dandinerez en levant le poing vers un ciel bleu, comme les militants du plaisir que nous sommes tous.

Et ça commence tout doux avec le son boisé de Pepe Bradock, les mélopées soulful de quelques petits morceaux “chicago juste comme il faut “ puis on repart sur le psychédélisme un peu déconstruit d’un Frits Wentink, on nage ensuite le crawl sur des nappes bien deep et on retourne sur terre avec un remix galopant du papa Laurent. En passant on n’oublie pas de bien s’exploser avec le Quartier Sex” de notre chouchou Mad Rey et on se stromboscope le corps sur les derniers tracks pour finir les bras et les jambes faisant n’importe quoi dans une danse très 90’s sur le Gsm Life” de Brawther. Tout un programme.

Voila, c’est simple, pour trinquer avec nous il suffit d’appuyer sur le bouton lecture ci-dessous. Alors à la vôtre ! Ou comme on dit en Basque : osasuna !

Et n’oubliez pas de nous suivre :

Sur Facebook

Youtube ou Instagram

CHEERS 😉

——————————————————

Création graphique signée Sophie OZR :

http://www.sphozr.com/

Jean Calin et la nature.png
JeanCalin
Co-rédac-chef amical et responsable, j’ai en général la flemme d’écrire sauf quand je m’adonne à cette manie légèrement égocentrée de postillonner mon obsession pour la musique émotionnelle et confortable. Pop parfois trop criarde, souvent dépressive, rn’b mal fagoté, musique électronique bucolique et groove qui groove pas toujours toujours au programme. PS : Je galère à ne pas placer le mot mélancolique dans toutes mes chroniques. PLEASE HELP.