Photo de couverture

Portrait chinois #2 | Collectif Pisica

Ses deux membres fondateurs, Saar et HLE, épaulés par une bande de potes et de bénévoles, œuvrent avec passion à la démocratisation de la musique qui les fait vibrer. S’éloignant ainsi des bpm élevés – monnaie courante de la vie nocturne francilienne – Indus, Acid & EBM cèdent la place à la Micro et à la Minimale, s’octroyant également quelques sauts vers la House et l’Electro. Une cadence plus léchée, des basses ronronnantes qui nous hérissent le poil, telle est la promesse pour les amateurs du genre ou autres allergiques aux coups de griffes acérés des kicks énervés.

C’est dans cet élan vigoureux qu’a été lancé leur projet de label, avec une première sortie en mars dernier, Pisica 001, et une seconde en préparation. Créant ainsi tout un univers à leur image, allant des microsillons aux dancefloors atypiques qui font leur identité, la team à la tête de chat pour mascotte compte bien étendre son territoire en s’exportant bientôt à l’étranger.

Au menu de leurs soirées : découverte de producteurs inconnus du grand public, ou du moins rarement invités, artistes locaux, mais aussi, en guise de friandise, quelques pointures de la micro roumaine. La prochaine sauterie fêtera le retour des beaux jours avec un open air de 18h sur deux scènes, oscillant entre de grands noms, comme l’inégalable Barac, des artistes internationaux et des résidents de nos collectifs et labels locaux (Insomnia, Rakya, Roommates, Distrikt, Pisica…). Pour couronner le tout, une partie des bénéfices est reversée à lAssociation Les Griffes du Coeur après chaque événement, pour prendre soin des petits chats égarés de Seine-Maritime.

Pour l’occasion, on a dressé le portrait chinois de Pisica.  À base de micro, d’amour et de bonnes vibes, à découvrir ci-dessous !


Si vous étiez…

Un animal ?

Un chat de gouttière, racé et streetard à la fois.

Une plante ?

Un géranium.

Un plat ?

Un bon gros couscous avec plein de merguez.

Un mot ?

Transcendant, vous allez voir.

Une ville ?

Paname. Forcément.

Un vinyle ?

Le Pisica 001, forcément aussi.

Un tube historique ?

Last Night a DJ Saved My Life – Indeep. Classique.

Un label ?

Pisica Records, un peu d’autosuçage.

Un artiste ?

Mihai Pol, excellent producteur et grosse Vibe sans prise de crâne.

Un style de musique ?

La micro bien-sûr.

Un moment de la soirée ?

Le lever du soleil.

Une devise ?

« Plutôt québra que d’rouler en Honda. »

Une soirée idéale ?

Des gros subs et de l’amour.

Un line up parfait ?

Franchement, notre open air du 22 juin est pas mal.

Un after idéal ?

Une belle équipe de potos, du bon son et du rosé chaud.

Des lunettes de vitesse ?


Des « Luminette 2 », pour réguler son sommeil et augmenter son énergie.

Un cocktail ?

Un Vodka-melon.

Cheers !


Facebook / Soundcloud / Event 

Gagnez vos places en participant à notre jeu-concours par-ici !