VENDREDI(G) #11 – Voyage au centre de l’enthousiasme musical

0
11 vues
vendredig11

Tels des spéléologues acoustiques, les membres bien membrés du Limo s’attachent chaque vendredi à fouiller dénicher, fouiner, fouiller, creuser, chiner, bref digger ce qui se fait de mieux en matière de musique sonnante et trébuchante. Et comme chaque semaine, nous avons sélectionné pour vous une belle poignée de morceaux éclectiques fraîchement pondus ça et là. Surtout là en fait. Allez hop, on scroll et on clique !

 

Leibniz – « 2 Simple » par Raph / Fait maison de bandit

En matière de miouzik qui fout l’ambiance, Leibniz se pose là. Originaire de Leipzig (une ville allemande qui a de moins en moins de choses à envier à Berlin), ce producteur fait des ravages dès qu’il s’agit de faire bouger chefs et popotins à grands coups d’electro tantôt bouncy, tantôt chelou, parfois les 2. Dans tous les cas, l’ami teuton est fortement influencé par la House, la Jungle, la Drum’n’Bass, le Grime et la Techno… Et on peut dire sans se tromper que ça s’entend bien sur ce track, dont on se lasse difficilement.

 

Simic« COROT-7b » par Jean Calin / Technoxygénisation

Première et belle sortie du label Acid Camp, qui est à l’origine un collectif organisant des soirées électroniques assez pointuxes à Los Angeles… Et sans surprise, leur premier disque, signé Simic, est fourré à l’hédonisme et au LSD bio, un manifeste sonore exprimant l’importance vitale de bien respirer sur un dancefloor. En fait le texte de description du morceau « COROT-7b » résume tout cela en une seule phrase : “It’s a dynamic techno track that centers you”. Voiiiilà, prenez conscience des ondes qui font vibrer votre champ auditif tout en commençant à observer ces tâches de couleurs très chatoyantes tout autour de vous. L’EP se compose également d’un remix de ce même track par Jon Tejada, d’une plage cosmique à souhait et d’un final ambient de toute beauté pour finir de recentrer ses chakras tout en contemplant une mer remplie de surfers en bonne santé. Ça s’écoute par ici, et se précommande par là (sortie physique le 20 janvier 2017).

 

Tambour Battant ft. Jahdan Blakkamoore, Delie Red X & D2 Tha Future – « Surf the Wave » par Raph / Iam Legion, sort de ce corps

Le son briseur de nuque du jour nous vient d’un duo frenchie qui a déjà fait ses preuves dans un bon paquet de soirées. Entre les nuits endiablées dans moult villes de l’hexagone et les collaborations épiques avec des rappeurs sachant rapper sans leur chien, Mr Ben Stocker et Mr Chico reviennent nous déchirer les tympans à grands coups de basses. Et pour définitivement casser la baraque, TBBT s’est entouré de 3 membres de la Noble Society, un collectif hip hop/reggae/dub fondé à Brooklyn. Ou comment surfer les pires vagues scélérates sans sourciller.

 

Giovanni Damico« All Humans After All » par Lexoo / Disco-house pour teufer

Cette semaine, est sorti le tant attendu EP de notre ami producteur et DJ Giovanni Damico sur l’excellent label qui monte, Lumberjacks in Hell. Composé de 4 tracks exquis : « Are you somebody », « humans after all », « tanzania », « I need me », cet EP se déguste à toute heure du jour et de la nuit, et on peut vous assurer que ça groove un max, comme toujours avec Giovaaanni. Comme dirait JAWN du Limonadier DJ crew : « j’ai écouté l’EP et ça m’a fait genre, Jizz in my pants« . En gros, ça fout la trique. Pour une trique à domicile donc, c’est par ici.

 

Various – « Doing It In Lagos: Boogie Pop & Disco In 1980s Nigeria » par Maxou / Boogie Down in Lagos

C’est un magnifique triple LP avec un 45 tours en bonus que nous propose Soundway Records. Une compilation de morceaux allant de l’électro-funk au disco, piochés dans la scène « boogie » Nigériane de la fin des années 70, début 80. Compil’ qui commence avec l’électrisant « Fellas doing it in Lagos » de Hotline, et qui met tout le monde d’accord. On est clairement sur une galette polyvalente, aussi bien pour apprécier en écoute pozey chez soi, que pour fracasser un dancefloor exigeant.

 

Ricky & les Dix-iples – « Danse dans le cosmos » par Jean Calin / Pop collectiviste mais dirigée

Essayons de faire court, et mathématique : Ricky Hollywood, professionnel de la pop bizarro-jolie autant dépressive que rigolote, qu’on aime beaucoup au Limo + 10 musiciens amateurs qui ne se connaissent pas recrutés sur inscription / 5 jours et 5 nuits tous ensemble dans un château X 1 ingénieur du son + 1 réalisateur de documentaire + des musiciens copains qui encadrent = un disque de Ricky Hollywood très soigné, autant plaisant qu’intriguant, avec plein de gens qui ne se connaissent pas dessus. Et un documentaire.

En guise d’apéro-goûter, on vous fait écouter le groovy et de très bonne humeur « Danse dans le Cosmos ». Car on a tous déjà eu l’impression (prémonitoire ?) de danser dans le cosmos. Le maxi 45 tours s’écoute et se chope par ici. Le film, par le réalisateur du « Bon Coin Forever », se regarde par là. Assez stimulant si vous vous intéressez un tant soit peu au bordel que peut constituer le fait de faire de la musique avec d’autres êtres humains. Surtout le matin. Une cool initiative du Confort Moderne, à apprécier et soutenir.

 

Sleazy McQueen – « Song For Phoebe » par Clemgout / Disco-house bien servie

La dernière sortie de Whiskey Disco ! C’est le son le plus House de l’EP, et c’est signé Sleazy McQueen, avec l’aide d’Obas Nenor. Un bon cocktail pour donner une note House à de la Disco, ou une touche disco à de la House. Écoutez plutôt.

 

FAIRE“Mireille se rappelle” par Jean Calin / Style & Destruction

Comme un shot d’alcool frelaté, vous allez certainement le sentir passer, et ce à plusieurs reprises tellement il est addictif. On parle bien ici de l’efficace clip du dernier morceau de FAIRE, qui s’avère être un condensé de punk wave électronique français sur fond de plans débiles à la violente énergie. Et qui rappelle en effet l’ambiance de ce fameux clip de la Mafia K’1 Fry, mais dans un autre univers : celui des gens aux looks « fait à la maison » qui se bourrent la face au cubis de rouge dans des vernissages en sous-sol, et pour qui sport d’endurance signifie suer la bière en jouant dans des salles de concerts humides ou dans des squats froids. Bref, un son entêtant pour s’encanailler comme des gros teubs, tels les punks de terrasse que nous sommes tous. Plaisir assumé. Succès assuré. Leur troisième EP sort en janvier sur le label Microqlima. Et il nous tarde de vivre ces nouveaux morceaux en live, confrontés à leurs précédents, davantage planants et psychédéliques.

 

 

+ CADEAU BONUX SPECIAL « 3 MILLIONS DE VUE MAIS PÉPITE QUAND-MÊME »

J. Cole « False Prophets » par Lexoo / Rap de gars sûrs d’eux

Vendredi dernier, J. Cole sortait son album Forest Hills Drive Line composé de 13 superbes tracks relatant des faits historiques. Bien écrit, bien produit, on vous recommande chaleureusement de le découvrir par ici. Et on vous propose d’écouter le titre « False Prophets » pour vous donner envie d’en écouter plus, et surtout pour vous mettre bien :

BON VENDREDI A TOUS. PLUS DE DIG ET DE VENDREDIS PAR ICI :

Vendredi(g) #10

Vendredi(g) #9 

Vendredri(g) #8

Vendredri(g) #7

Vendredri(g) #6

Vendredri(g) #5

Vendredri(g) #4

Vendredri(g) #3

Vendredri(g) #2

Vendredri(g) #1