Thundercat – The Beyond / Where the Giants Roam EP

Thundercat, c’est ce que l’on peut appeler une trouvaille, une véritable pépite musicale qui met instantanément tous vos sens en émoi. Et vous allez vite comprendre pourquoi…

Dès la première écoute, je peux vous dire que je suis littéralement tombée sous le charme. Passant sur les ondes de FIP, je cherche très vite à en savoir plus sur l’artiste. Et il s’agit d’un certain Thundercat.

Je dois dire que de ce bassiste, compositeur, chanteur, je ne connaissais pas grand chose, si ce n’est rien pour être tout à fait honnête. Ce qui est d’autant plus excitant car j’ai tout à apprendre et à découvrir. Derrière ce nom de scène se cache un certain Stephen Bruner, venant tout droit de LA. A l’origine un simple putain de bassiste au sein de différents groupes pas des plus dégueux : Suicidal Tendencies, Sa-Ra Creative Partners, Flying Lotus, Kendrick Lamar

Puis de son rôle de bassiste, il ajoute à son arc celui de chanteur – compositeur. Et créé un véritable personnage. En 2011, il sort un premier album sur le fameux label Brainfeeder, aux allures soul et jazzy intitulé The Golden Age of Apocalypse.  Deux ans après, il remet le couvert avec un deuxième album Apocalypse signé sur le même label, et produit presque logiquement par Flying Lotus. Le talentueux producteur lui apporte une touche plus électronique, tout en jouant sur son talent de bassiste et de vocaliste.

Son passage à l’occasion du Pitchfork NightCap le 1er novembre 2014 au One Eyed Jacks à la Nouvelle Orléans a été très remarqué, avec une belle mise en jambe du titre « Them Changes » du dernier EP. Il y a interprété, le plus décontracté du monde, le titre phare de cet EP. Grandiose. On y reconnait le fameux beat sorti tout droit de l’intro du sensuel « Footsteps In The Dark » des Isley Brothers.

Son dernier EP, dont est extrait « Them Changes », est sorti récemment et est intitulé The Beyond / Where the Giants Roam. Un disque autant intime que cosmique, qui porte un regard sur la vie et au delà. Si l’on écoute le titre « Song for the Dead », c’est bel et bien un clin d’œil solennel aux tragiques événements actuels et à la perte d’un ami proche et collaborateur Austin Peralta.

Il s’est entouré pour l’occasion par des musiciens hors pairs tels que Kamasi Washington au saxophone, Flying Lotus et le pianiste de jazz Dennis Hamm, le tout co-produit par Mono/Ploly. Et ça donne une véritable petit bombe, groovy et planante à souhait.

Ah ! Si vous faites un tour aux Etats-Unis cet été, Thundercat sera au Shine Expo Hall le 8 août à LA ou au Festival Afro-Punk à Brooklyn le 23 août.

Quant à nous, on espère vite le retrouver pour des dates européennes.