The Doppelgangaz, le duo qui dope ton gang

The Doppelgangaz - Dopp Hopp
The Doppelgangaz

Derrière ce titre complètement nul contenant un jeu de mot pour le moins douteux, se cache un binôme New Yorkais qui a le don de faire danser les notes et les mots. Bien mieux que celui qui rédige ces lignes, cela va de soi.

Notre dernière bafouille au sujet de The Doppelgangaz remonte à 2015. Comme si un duo aussi doué pouvait ne rien produire pendant plus d’un an. Ah bah si finalement… Le LP instrumental Beats For Brothels Vol. 3.5 étant paru en janvier 2016.

Qu’à cela ne tienne, nos 2 magiciens nous ont concocté un bon petit album à paraître le 7 juillet prochain, toujours sous Groggy Pack. Ça tombe un vendredi, tu auras donc tout le week-end pour l’écouter. Pratique.

Intitulé Dopp Hopp, ce LP que nous avons hâte d’écouter dans son intégralité, a déjà laissé « fuiter » (#puteaclic) 4 pistes qui laissent forte impression. On reconnaît immédiatement le son et les flows typiques de Matter ov Fact et EP, en particulier sur « Rapamycin », qui ouvre (presque) l’album, et distille ses vibes à la fois lentes et puissantes. Un titre chill à consommer en terrasse, et qui montre clairement que The Doppelgangaz sont là et bien là.

Malgré leur ancrage East Coast, le duo a toujours eu ce groove symptomatique de la côte Ouest, qui donne à chaque album une saveur « trip en décapotable sur la CA1« . Cette influence californienne se confirme sur la track 4 « Roll Flee », en featuring avec Ron Tnava Avant, claviériste de The Free Nationals, un groupe qui tourne avec un certain Anderson .Paak. Voilà qui se passe de commentaire.

Mais chassez le naturel, il revient au galop ! T’es de NY et tu fais du 7 Days of Funk ?! Nan mais allô ! La 6ème piste de Dopp Hopp, « Olympics », puise directement dans le hip hop façon grosse pomme des 90’s. Mélodie minimaliste et beat qui claque ; ce morceau pourrait avoir été produit par une fusion DBZ de Nas et Mobb Deep. Une sorte de classique nostalgique, dans le bon sens du terme.

Avant dernier titre du LP, « Pride’s Cloak » nous permet de renouer avec le phrasé de Thonio, un MC de l’Arkansas qui a clairement oublié d’être mauvais, et qui avait fait son apparition sur 3 morceaux de Beats For Brothels Vol.3. L’homme originaire de Little Rock pose également sa voix sur les tracks « Strong Ankles » et « Rollin' », auxquels nous n’avons pas accès pour l’instant. Vite la sortie !

PARTAGER
Article précédentKrakaur, ou la preuve que les licornes existent
Article suivantVos oreilles + Feldub = Amour du Dub
Raph

Il était une fois Moi. Jeune, vigoureux et d’une intelligence rare, Moi a longtemps cherché un site et une équipe à sa mesure.

C’est ce qu’il trouva enfin lors de sa rencontre avec les membres fondateurs du Limonadier, où le monde put enfin prendre conscience de tout l’incroyable potentiel qui était le sien.

Passionné par le Rap et plus généralement par la planète Terre, c’est tout naturellement que Moi décida d’écrire et de partager inlassablement ses dernières trouvailles sonores.

Cocktail Préféré de Moi :
Une caïpirinha bien fraîche, cela va de soi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here