Snoop Dogg feat. Stevie Wonder & Pharrell Williams – California Roll (Vidéoclip)

Parfois Snoop Dogg me fait penser à Vladimir Poutine. Bien sûr, le rappeur n’annexe pas des provinces entières et n’a jamais fait partie du KGB (dans le cas contraire, on nous aurait menti ?), mais il arrive toujours à tirer son épingle du jeu. D’une manière ou d’une autre… En faisant comme bon lui semble qui plus est : Marre du rap ? Un petit crochet, certes loupé, par le reggae avec Major Lazer (bien loin du roots de nos aînés…). Envie de pondre un morceau bien pop, histoire de refaire du blé et conquérir un nouveau public ? Allô miss Katy Perry et cie (business is business, alors l’amour propre…). Envie de renouer avec ses premiers amours en dépit de l’essor de la trap music ? Bim, un album g-funk avec Dam-Funk sur le label Stone Throw (s’il vous plaît). Et j’en passe, la liste de ses « frasques » est bien trop longue.

Après toutes ces folles aventures, une carrière démentielle et un business florissant, il semble que Di Oh deubeule Gi se trouve à un nouveau tournant de sa carrière. Et comme d’hab’, il semble que notre ami s’en sorte avec brio. Dans une certaine mesure. À la lumière de toutes ses expériences réussies (cela exclu le reggae bien entendu), le MC a choisi de mêler à peu près tout ce qui a fait son succès ces dernières années, tout en se faisant plaisir. Avec son 13ème album Bush, le Doggfather pousse la chansonnette, se fait produire intégralement par Pharrell, et fusionne pop et funk pour offrir au public un concentré de tubes, dont « California Roll » est le porte-drapeau. Un titre simple, propre, entraînant et qui devrait s’imposer comme l’un des sons de l’été 2015, sans compter son clip visuellement bluffant. Jugez plutôt :

Je ne me lancerai pas maintenant dans une critique complète de cet album, à la fois efficace et décrié : ce n’est pas le sujet de cet article. Je peux en revanche vous dire que si vous aimez la pop fortement teintée de funk et les productions de Pharrell (presque un pléonasme tant ce dernier a fait de ce registre son fond de commerce), les invités de prestige (Stevie Wonder, Pharrell Williams, Kendrick Lamar, Rick Ross, Charlie Wilson), et les sons qui respirent le soleil californien, vous ne serez pas déçus. Les amateurs de pure g-funk et de rap west coast seront en revanche beaucoup moins satisfaits à l’écoute des 10 titres, bien loin des productions d’antan. Pour les intéressés, Bush est disponible depuis le 11 mai en support physique, et en version dématérialisée sur iTunes. N’hésitez pas à partager vos impressions !

PARTAGER
Article précédentDoldrums – The Air Conditioned Nightmare LP
Article suivantInterview & Booty Tape | Kayloo
Raph
Il était une fois Moi. Jeune, vigoureux et d'une intelligence rare, Moi a longtemps cherché un site et une équipe à sa mesure.C'est ce qu'il trouva enfin lors de sa rencontre avec les membres fondateurs du Limonadier, où le monde put enfin prendre conscience de tout l'incroyable potentiel qui était le sien.Passionné par le Rap et plus généralement par la planète Terre, c'est tout naturellement que Moi décida d'écrire et de partager inlassablement ses dernières trouvailles sonores.Cocktail Préféré de Moi : Une caïpirinha bien fraîche, cela va de soi.