PREMIERE & ITW | DJ GLC – Shift Limited

dj glc shift limited
dj glc shift limited

Aujourd’hui nous partons en Italie, plus exactement à Rome avec DJ GLC patron du label Shift Limited et du shop Soulmate. Dans le game House depuis plus de 15 ans, il fait parti des éclairés qui nous ont fait redécouvrir des DJ comme Enrico Mantini, mais pas que. Comme de coutume, nous vous faisons découvrir une track concoctée en exclu par notre invité, qui a également répondu à nos questions. Alors appuyez sur play, écoutez ce « Paradise House » bien pêchu, et découvrez la GLC touch. Cheers.


Interview de DJ GLC patron de Shift Limited

Hello Gianluca, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Tout d’abord merci !

Je m’appelle Gianluca aka DJ GLC, j’ai 33 ans et je viens de Rome. Je suis DJ et producteur depuis que j’ai acheté mon premier pc286 en 1996 avec juste Reason. J’ai aussi acheté un peu de matos de chez Roland ou Korg, et les trucs classiques de l’époque. En 97, je me suis fasciné pour la scène londonienne avec le premier vinyle que j’ai acheté et par l’expérience d’écoute qui en a résulté. J’ai trouvé une paire de platine MK2 puis j’ai commencé à jouer et scratcher du Hip Hop et du Rn’B (ma période grapheur). A la fin des années 90 j’ai commencé à sortir un peu dans Rome, où j’ai découvert la House et la Techno. Je me suis intéressé à ces styles musicaux notamment avec le shop Re-Mix qui était mon spot préféré pour écouter et acheter des galettes.

Ensuite j’ai déménagé à Florence pour mes études et j’ai eu ma première résidence au Kilk en centre ville. C’est aussi de nombreuses dates en plus de 10 ans : Tenax Mum, F.E.M. avec D’julz, Carola Pisaturo ou Lattex+ ma dernière date à Florence. Mais c’est aussi des dates à Bologne au Dok Show, au Cirq à Venise, Egg à Londres, Lokal à Istanbul, Ipse et Prinz Charles à Berlin et bien d’autres ! Ces quinze dernières années furent aussi partagées entre l’achat de disques, de matos et l’entrainement à la production musicale.

 

Pourquoi as tu créé Shift Limited ? Quelle est la philosophie derrière le label ?

J’ai commencé Shift Limited il y a dix ans, lors d’un tournant dans ma vie, je revenais à Rome après 10 ans passés à Florence, et j’étais toujours en train de produire du son. J’ai vite ressenti le besoin d’un support pour mes idées. C’est Niko (Nasty Boy) qui m’a introduit à DBH Distribution et Robert Drewek a rendu tout cela possible. La première release était un test et c’est en rencontrant Francisco de DNArt que nous avons vraiment commencé le label. Basement Traxx vol 1 était un disque avec nos tracks mais c’est avec le repress d’Enrico Mantini, notre quatrième release que nous avons réellement défini notre ligne directrice. Cela a permis au label d’être plus connus et nous donna de l’énergie.

Notre philosophie peut être résumée à faire des disques de qualité, vendre de bons produits, et s’amuser avant tout !

 

Comment gérez-vous la direction artistique ? Est-ce seulement de la House ?

La direction artistique est vraiment difficile. Nous nous ne concentrons pas uniquement sur de la House. Nous recevons beaucoup de démos par semaine et parfois c’est une perte de temps, beaucoup de personnes veulent sortir sur vinyle sans avoir la passion ou la volonté de faire des sacrifices comme nous. Mais parfois nous recevons des démos incroyables et la saturation du marché n’aide pas. C’est pour cela que nous lançons de nouveaux projets dédiés à l’émergence de nouveaux artistes, où seule la musique parlera.
Notre direction artistique est désormais ce que nous cherchons, c’est pour cela que nous n’acceptons plus de démos. A l’avenir Shift Limited sera une plateforme pour sortir nos prods, comme ce que nous avions imaginé au début. Après plus de quinze années d’expériences et cinq en tant que label, nous pouvons désormais offrir des disques de qualités et nous en sommes très fiers !

 

Comment est la scène italienne actuellement ? Les gars de 180g on l’air de faire des choses super sympas, est-ce qu’il y a d’autre collectifs comme eux ?

La scène italienne se porte bien actuellement même s’il y a beaucoup de compétition, mais nous sommes plus intéressés pour nous développer en Europe (je ne sais pas pourquoi). Je suis très fier de Rome, de nombreux clubs offrent des lines up de qualité et des nouveaux visages apparaissent.

Il y a aussi des soirées très cool en Italie, notamment les Harmonized, Serendipity, Lattex+, Nozoo, RNY, Dude ou Sound Department Ascolti.

180g est un très bon format et je suis honoré de faire parti de ce projet. C’est une très bonne plateforme qui s’appuie sur de nombreux styles musicaux (hors de la dynamique club) et proches de ce que je fais. Je viens aussi d’ouvrir un magasin de disques dans le centre de Rome, Soulmate, j’essaye de faire une sélection différente de celle effectuées par les shops en place, venez y jeter un œil !

 

Est-ce que c’est ta première release en tant que DJ GLC ? Est-ce ton tout premier EP ?

Cette sortie est le fruit de nombreux mois de travail acharnés. J’en suis très fier et je suis très honoré de la collaboration avec Simoncino. Il y a différentes nuances de house dans ces quatres morceaux, c’était mon objectif.

Et oui, c’est mon tout premier EP solo, le premier sur le mur du studio d’ailleurs. Et j’ai beaucoup de place sur ce mur… (ahah) vous allez bientôt en entendre plus donc !

 

Est-ce que tu as une routine de production ? Quelle est ta machine préférée ?

Après de nombreuses années, oui j’ai une routine de production. Je commence par les rythmiques, puis je joue les claviers et les autres éléments sur les rythmiques que j’ai créé.

Ensuite je découpe une partie à laquelle j’ajoute des détails afin de créer des variations. Je me base beaucoup sur des parties jouées en direct. Ma machine préférée sur cet EP est le Korg M1 (mais j’en ai bien d’autre en tête), plein de son des années 90 et tellement pas cher…

 

Peux-tu nous donner tes trois morceaux du moment pour retourner un dancefloor ?

Ron Trent – « Prescription box set (tout) »

MBG – « Trance Wave 2 »

G.I.M. Productions – « Deep Rho (minimono rmx) »

Quels sont tes projets dans les mois à venir ?

Nous serons à l’Ipse le 29 avril, pour les trois ans du club à côté de légendes tel que Chez Damier et Egyptian Lover, on a vraiment hâte !

Le 22 avril se sera le Record Store Day au shop avec un line up d’amis et de guests très spéciaux 🙂

Et la question tradi du Limonadier, si tu étais une boisson que serais tu ?

Je serais un verre de Bolgheri, un vin fait en Toscane, un endroit magique où je suis allé de nombreuses fois. Santé !

Santé à toi, et encore merci !!

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here