Ouska – Cool Beans Vol.1 LP

0
1 vues

La qualité des signatures du label Cosmonostro n’est plus à prouver, c’est comme ça, il faut s’y faire. D’ailleurs au Limo, c’est juste le deuxième article que l’on consacre à l’un de leurs poulains cette semaine. Et pour ne pas déroger à la règle, celui-ci a agrandi une nouvelle fois la famille des pépites qui s’amassent tranquillement dans leur catalogue la semaine dernière, comme ça, pendant que certains étaient probablement en train de s’enduire de crème solaire premier prix comme on tartine du faux Nutella sur du pain marque pouce.

——————————————————————————————-

– Cette pépite est signée Ouska et s’appelle Cool Beans Vol.1 –

——————————————————————————————-

Ouska s’était déjà faite remarquer avec un premier EP très réussi, Guzheng, en 2014. Coup d’essai, coup de maître ? Mollo sur le haricot les cocos, on n’en était pas encore là ! Pourtant cette compilation de productions précédemment dispatchées sur la toile, Cool beans Vol.1, se tient parfaitement et nous fait même l’effet d’une petite vague de fraîcheur mentholée dans la bouche. Côté esthétique, le Nantais d’origine, actuellement en Corée du Sud, s’est doucement laissé infuser par les nuits de Séoul, un Lost in translation qui oscille entre la classe des sons et une production qui cogne.

POUR PLUS D’OBJECTIVITÉ ET DE PARTAGE OBJECTIF, LA SUITE DE CETTE CHRONIQUE SE FERA SOUS LA FORME D’ UNE DISCUSSION CO-ÉCRITE,  MERCI DE VOTRE ATTENTION

Charly : L’opus s’ouvre sur «odium», au son gangsta deep assez sale qui donne envie de faire des bêtises je trouve. Et ce dès l’entrée du beat qui tabasse un peu beaucoup.

Jean Calin : Ouais, l’ambiance asiatique course poursuite en scooter est vraiment bien rendue, avec ces sons de mitraillettes qu’on recharge et de tambourins. « Zdlééé » comme on dit.

Charly : Heureusement pour nous et pour notre stock d’alcool interdit à la vente, on pourra se rafraîchir assez vite avec «Busan», petite pilule au piano éthéré au beat mi-décalé, mi-coulant, qui nous place dans une position fœtale imaginaire…

Jean Calin : … pendant qu’une caméra nous filme en travelling circulaire et s’élève ensuite pour embrasser un paysage constitué de collines verdoyantes et de centaines de tables de ping pong.

Charly : Calin, mon Calin, n’as-tu pas l’impression en écoutant cette 3ème track intitulée « A Night In Séoul » d’être dans la peau d’un malheureux gangster coréen se réveillant dans un bordel dans la banlieue de Séoul aux côtés d’une femme tronc ?

Jean Calin : Effectivement. Ou Scarlett Johansson.

Charly : Mais sans jambes.

Jean Calin : Ça roule.

Charly : L’épopée se poursuit rapidement avec le son très chill, tout en after beat, de « Malibu », qui nous donne bien envie de siroter des cocktails aux noms impossibles à prononcer dans une piscine, qu’est-ce que tu mettrais dedans toi ?

Jean Calin : Un peu de drogue je pense. On a le droit ?

Charly : Alleyyy !

Charly : Un des temps forts de la compilation reste ce son qui a peut-être été pensé pour ce qui nous attend: une fin d’après-midi de vendredi, à quelques heures d’un week-end qui s’annonce prometteur. « Relaxing beat for a tense period » tient un sample de guitare comme colonne vertébrale avec en lévitation tout autour, des effluves de voix et de percussions vraiment bien trouvées.

Jean Calin : Perso je suis en vacances, donc je baise ton week-end et m’écoute ce morceau en boucle dans une vieille Kangoo sur la route du bonheur et de l’insouciance. « Zdlééé » bis.

Jean Calin : D’ailleurs la piste suivante, « Solar », avec son beat très Boom Bap et cette boucle de chant traditionnel, nous fait sortir un bras par la vitre pour le secouer façon « Put Your Hands Up In The Air », un coucher de soleil tarpin joli magnifiant un Mont Fuji de fond d’écran qui se découpe à l’horizon.

Charly : Bien vu, attention tout de même au bronzage camionneur sur ton avant bras gauche.

Jean Calin : Et alors Jamy, comment fait-on pour se le procurer ou l’écouter en entier ce disque ? Hein ?

Charly : C’est bien simple mon JeanJean, il nous suffira de scroller un peu plus cet article pour le découvrir.

 

L’intégralité du Cool Beans Vol.1 en écoute ici :

– Retrouvez Ouska sur Facebook –