Nick Hakim, et sa new-soul à la sauce reverb

On avait découvert la new-soul épurée de Nick Hakim au hasard d’une session Sofar London il y a maintenant quelques années, et nous étions toujours en attente du fameux debut album tant redouté par les artistes. Comment synthétiser en 12 pistes la genèse d’un projet qui souvent pour l’artiste représente des mois, des années de travail, de recherche et de sueur ? Pour bien comprendre le chemin parcouru, replongeons-nous sans plus attendre dans la vidéo qui nous l’a introduit, ça se passe à Londres devant un public à la cool – puisque le concept de Sofar est de faire se rencontrer un public amoureux de musique et des artistes désireux de partager leur son. Et c’est avec le titre qui donnera le nom à son fameux premier album que nous l’écoutons : « The Green Twins »

Dès le début, ce qui marque l’identité sonore de Nick Hakim, c’est cette soul baignée d’une reverb chaude, enveloppante et rassurante. A 2’32 », on comprend qu’en plus d’avoir un timbre maraboutant, le type a un peu de technique. Tout en faisant le choix délibéré de la retenir. La retenue justement, se sent tout au long de son premier album. Des arrangements épurés mais jamais vides donnent aux compositions de cet enfant de Washington une forme de noblesse et d’équilibre qu’il est assez rare et agréable de trouver.

On ne peut pour autant pas aborder le son de Nick Hakim sans s’attarder un peu sur son choix de guitare. Puisqu’il est compositeur et interprète de tous ses titres, Nick est avant tout musicien. Le choix d’une guitare étant au moins aussi important que celui d’un Nimbus 3000© , il est assez intéressant de voir qu’ici Nick s’est penché sur un modèle très rock-retro de Silvertone avec micro « lipstick » utilisé entre autre par les Whites Stripes ou les Black Keys pour leur son rempli et puissant. Pour autant, Nick en fait ici un usage très soft et tempéré, complètement à l’image de ce premier album. La force tranquille de la bête se plie a des accords très jazzy qui forment un parfait support pour y poser sa voix soul venue tout droit des débuts de la Stax.

Deuxième titre de l’album « Bet She Looks Better Now », ici repris il y a quelques semaines avec un peu plus de monde et des arrangements qui vont gonfler le son, on remarque que l’amour de Nick Hakim pour la reverb et les notes étendues presque psychédéliques est intact. Petit changement de guitare, il reste toujours dans une recherche sonore qui va jusque dans le choix des micros, le combo archi-classique « micro Shure SM58 et guitare Fender Telecaster » ne semble pas le contenter et c’est tant mieux. On reste pour autant dans des arrangements parcimonieux et équilibré au service de sa voix, entre un onirisme hallucinant et une douce rêverie câline.

Il n’y a malheureusement pas à notre connaissance de date de prévue sur le territoire hexagonal pour le moment, mais si quelques petits chanceux parmi vous ont une opportunité de traîner leurs guêtres aux Etats-Unis des Amériques, vous pourrez le voir en tournée en Californie et à New-York !

Il ne reste plus après cette grande rasade de scène, qu’à se mettre au tant redouté second album. En espérant qu’il conserve toute la fraîcheur du premier !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here