Miles From Kinshasa — Ivry (vidéo)

Originaire de la République démocratique du Congo, comme son nom l’indique, Miles From Kinshasa réside maintenant au sud de Londres. On a beau creuser, Googliser à fond, pas grand-chose d’autre à se mettre sous la dent. En effet, sa première apparition officielle sur la toile s’est fait en ce début de semaine. On est tombé un peu par hasard sur le profil de l’artiste après quelques clics à droite à gauche. Et on s’est laissé tenter par le seul morceau de son profil Souncloud, « Ivry » :

4,36 min plus tard, force est de constater que le morceau est plaisant. A la fois producteur, compositeur et chanteur, le jeune londonien nous gratifie d’un beat langoureux avec une touche groovy qui fait tout de suite mouche. La voix est cool et on commence déjà à fredonner cet air R&B futuriste : »All the time you’re away« .

Un track captivant illustré par une vidéo très sombre mais incroyablement réussie. Réalisé par himself  – plutôt doué le petit –  le « pecli » le représente vêtu d’un bombers et d’une cagoule assez flippante, remonté comme jamais. Mi-dansant, mi-marchant, il ne cesse de fixer la caméra avec ce regard « haineux » qui pourrait heurter les âmes sensibles. Une sorte de Kanye West des ténèbres qui se serait fait voler la vedette aux Grammy… Le personnage qu’il a voulu recréer dans la vidéo est d’après l’auteur, une combinaison des trois acolytes du film la Haine : Hubert, Vinz et Sayid. Un cocktail de personnalités explosif ! On ne vous refait pas le synopsis, vous le connaissez (certainement) tous par cœur. Une référence qui lui vient de ses vacances passées dans les « tiéquar » d’Ivry sur Seine pendant son enfance.

Vous noterez l’esthétique très rétro 90’s de la vidéo, qui colle parfaitement à l’univers de l’énergumène. Par contre si vous voulez des postérieurs, 2-3 grosses voitures et un peu de billets violets, passez votre chemin, Miles n’est pas très bling bling. La preuve en image, et on se réécoute avec plaisir le morceau pour l’occasion :

Malgré le peu d’action, on ne s’ennuie pas vraiment. Comme quoi pas besoin d’un budget mirobolant pour réussir à nous scotcher.

SPOILER : A la fin de la vidéo on entend d’ailleurs la phrase mythique du film de Kassovitz : « Jusqu’ici tout va bien , jusqu’ici tout va bien… » dixit cousin Hub. Quelques secondes après, en tendant l’oreille, on perçoit vaguement un beat très Jai Paul-ien, surement une prod que nous a concocté le bougre. Et qui on l’espère fera surface dans les prochaines semaines.

Welcome to the Val de Marne !

On ne peut que vous conseiller d’aller faire un tour sur son site, où l’on trouve une ribambelle de photos. Le tout encadré dans une fenêtre Windows 95 très old school. Ah, nostalgie quand tu nous tiens !