Le Brésil du turfu, c’est BROOKZILL!

BROOKZILL!

Le Brésil, c’est quand-même une destination futuriste, non ? Car au-delà du sable chaud et des JO – dont on a plus rien à foutre maintenant – c’est avant tout le pays des seins en plastique et des hommes sans zezette ! Et c’est ça le futur mon gars ! Non, plus sérieusement c’est aussi le pays d’un courant musical bien kiffant mais, qui, pour le coup, n’a rien de futuriste : la Bossa Nova. Alors là, tu te demandes, et tu as bien raison de le faire, WTF, quel est le rapport avec le titre de cette chronique ? Et bien, mon cher, parce que la Bossa (comme disent les neo djeuns brésiliens du futur) se réinvente ! Et le projet dont on va te parler maintenant en est le preuve irréfu(fu)table.

Cette introduction passablement beauf terminée, faisons-nous du bien avec cette première mixtape. Tu pourras ainsi continuer la lecture de cet article tout en bougeant ton booty sur ce fauteuil en simili-cuir que ton boss t’as chaleureusement offert, car t’es vraiment un sacré champion…

Brookzill, ne serait-ce pas l’association de Brooklyn et de Brazil ? Bingo, t’as un vrai don pour la perspicacité mon grand ! Et aux manettes, on retrouvera donc sans surprise une figure emblématique de ce quartier emblématiquement marketing de NY, et membre d’un groupe pour le moins emb… Ouai c’est lourd là. Bref, Prince Paul, le DJ et producteur de De la Soul ! Alors… Ça sent pas bon cette affaire ?? Le FUTUR on t’a dit ! On notera également la participation de Don Newkirk, membre du groupe très underground The Dix, produit par, devinez qui… Prince Paul bien sûr ! Ahlala, consanguinité quand tu nous tiens !

Voilà pour la partie Brooklyn (bitch) donc. Maintenant le Brazilou, représenté par 2 figoures mousicales loucales : Ladybug Mecca (Digable Planets) & Rodrigo Brandão (aka Gorila Urbano). Ne t’inquiète pas, je ne te ferai pas l’affront d’écrire l’intégralité de ce paragraphe en rajoutant « ou » à la fin de chaque phrase… Les blagues les plus courtes sont toujours comme ma bite les meilleures il paraît.

Attention tout de même, le ton léger et légèrement graveleux de cet article n’a aucun rapport avec la qualité globale de cet album. Intitulé Throwback To The Future, on a ici affaire à un enregistrement étalé sur près de dix ans et réalisé dans cinq villes autour du monde. Tout ça pour un résultat juste bluffant, aux frontières de deux styles, deux univers, différents aux premiers abords mais puisant pourtant dans la même source, resplendissante et inépuisable : l’Afrique. Et oui, que ce soit dans les favelas, comme dans les quartiers de nouveaux riches New Yorkais, on y écoute la même musique : la musique noire. Alors oui, le rythme change, la manière d’apprivoiser la chanson avec sa voix aussi. Mais qu’importe, la musique afro-américaine, quelle qu’elle soit, est une musique d’âme, une musique de cœur et de tempo qui balaye les frontières d’un revers de la main. La musique afro, c’est une musique qui se vit.

Mais trêve d’enflammages enfantillonesques (tout à fait), attache ta ceinture et prépare-toi, car le voyage commence maintenant !

NB: Oui, on aurait pu te faire une chronique « piste par piste », te faire voyager et décrire l’ambiance de chacun des morceaux mais la vérité c’est qu’on a eu la flemme. Alors cher ami, il te faudra te faire une idée par toi même cette fois. Allez vole petit papillon ! 

Sache tout de même que des dates de concerts (et notamment en France) devraient être annoncée dans les prochains jours, et que si, comme l’équipe du Limo et moi, tu as bien kiffé cet album, et que tu possèdes encore ta chaîne turbo laser des années 90, tu peux également te procurer le projet dans une version Compact Disc – car oui, le CD revient dans le futur, c’est écrit -.

Voici le lien : Bonjour, je suis le lien !

On t’embrasse, on t’aime et on te dit à très bientôt pour de nouvelles aventures.

PARTAGER
Article précédentLE VENDREDIG #3 / Viens, on a creusé pour toi
Article suivantDouche de symboles & lavage de cerveau : on a rejoint la secte Bon Iver
FuFu
Papa du limo, cela fait maintenant 5 ans que je partage avec vous mes découvertes musicales. Fana de musique électronique (ce qui ne veut rien dire en soit), de hip hop et d'instrus en tout genre, de jazz, de soul aussi, de funk, de rock, de... En fait, je crois bien que grâce au limonadier et aux gens qui le composent, je me suis mis a aimer à peu près tout, et c'est très bien comme ça. Alors merci à eux, merci à vous de nous suivre, et longue vie au limonadier ! Mon Cocktail Préféré : Un bon gros diabolo grenadine des familles. Et oui, yen a qui savent vivre monsieur.