Le rappeur de Détroit L.A.Z fume tout, même ta paperasse

L.A.Z - No Paperwork
L.A.Z - No Paperwork

La ville de Détroit a ceci de particulier qu’elle rebute autant qu’elle fascine. Véritable joyau de l’industrie automobile au début du 20ème siècle, puis véritable épave dans les années 50 au point de devenir la 1ère ville des USA à demander une mise en faillite, la « Motown » semble aujourd’hui reprendre du poil de la bête.

Ville de Detroit

On ne s’intéressera pas ici au volet économique de ce sursaut, car comme le disait mON oncle Phil ; « d’explications, point trop n’en faut ». Culturellement parlant, la capitale du Michigan ne laisse pas sa part aux chiens, et s’est dotée ces trois dernières décennies d’un parterre de rappeurs célèbres dont on ne vous fera pas l’affront de citer les noms.

Parmi cette multitude de MC aussi frais que leur ville est meurtrie, on compte également quelques collectifs qui contribuent à populariser le rap dit « underground ». Clear Soul Forces, dont nous vous parlions déjà il y a des lustres (un seul en vérité), en fait partie et nous a fait l’immense plaisir de ne pas se perdre en chemin au fil des ans.

On apprécie d’autant plus leurs performances en solo, un excellent posse étant tout de même une somme d’individualités prodigieuses qui font des étincelles (ce n’est ni du Friedrich Nietzsche ni du Walter White)… On savait (ou pas) qu’Ilajide et Noveliss faisaient des miracles aux manettes et au micro, on sait à présent que L.A.Z peut également quitter le nid à l’occasion.

À travers les 6 titres de cet E.P No Paperwork, L.A.Z a pris le temps de peaufiner son mini-projet et de coucher sur papier ses réflexions sur la vie, l’argent ou la famille : les productions sont variées, tout autant que le flow, comme en témoigne les 2 perles « Loco Dough » et « Keez ».

Le tout a été enregistré par le label néerlandais Below System, qui a vu passer Chuuwee, Shabaam Sahdeeq ou encore Masta Ace. Ce n’est peut-être rien pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup. Peace.

PARTAGER
Article précédentCocktail #43 – Septembre 2017
Article suivantQuelques (très bons) souvenirs rapportés du Baleapop #8
Raph
Il était une fois Moi. Jeune, vigoureux et d'une intelligence rare, Moi a longtemps cherché un site et une équipe à sa mesure.C'est ce qu'il trouva enfin lors de sa rencontre avec les membres fondateurs du Limonadier, où le monde put enfin prendre conscience de tout l'incroyable potentiel qui était le sien.Passionné par le Rap et plus généralement par la planète Terre, c'est tout naturellement que Moi décida d'écrire et de partager inlassablement ses dernières trouvailles sonores.Cocktail Préféré de Moi : Une caïpirinha bien fraîche, cela va de soi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here