Jupiter A.K.A : Bienvenue sur la planète Boom Bap

Jupiter A.K.A - The Great Red Spot
Jupiter A.K.A - The Great Red Spot

Qu’il s’agisse d’une planète géante, d’un Dieu romain similaire au Zeus grec ou d’un Président de la République récemment élu, Jupiter renvoie systématiquement à la démesure, à la toute puissance. Celle qui fascine autant qu’elle intimide.

Le genre d’image que l’on affectionne particulièrement dans le vaste univers du rap-jeu, quelle que soit la nationalité des protagonistes : c’est d’autant plus évident dans ce bon vieux Boom Bap, où la rage de vaincre imprègne la moindre note, le moindre mot.

Alors forcément, un crew de beatmakers, français et collaborant avec des MC américains qui plus est, sort un album sous le nom de Jupiter A.K.A, on s’attend à une bonne tarte dans la gueule. Avec le projet The Great Red Spot, nos attentes sont comblées.

Si les noms d’Astronote, Kyo Itachi et Azaia ne vous disent rien (et on réalise qu’on ne vous en avait encore jamais causé sur le Limo, honte à nous), il est plus que temps de rattraper votre retard, les 3 gus étant plutôt du genre productifs et geeks du sample à l’ancienne.

Avant d’aborder The Great Red Spot de Jupiter A.K.A, opérons donc un petit focus clipé sur chacun des membres du trio extraterrestre -et (re)découvrons au passage quelques lascards sympatoches- :

Vous l’avez compris au visionnage de ces vidéos musicales de bonne facture, que les 3 compères envoient le pâté, tout en conservant chacun leur propre patte (il y a un jeu de mot digne d’Alkpote dans cette phrase, on vous laisse deviner).

Si Astronote se veut globalement plus « moderne » et tout-terrain que Kyo Itachi et Azaia qui évoluent dans un son plus 90’s, le mélange des 3 styles n’a rien d’hasardeux. Tout s’enchaîne parfaitement dans The Great Red Spot, et Nolan The Ninja (un jeune rappeur de Détroit dont la carrière a décollé en 2015), qui prête sa voix à l’ensemble des 12 titres, n’a aucun mal à dérouler son flow tout au long de l’album.

Idem pour les quelques figures du rap underground en feat., que sont Rockness Monstah (moitié de Heltah Skeltah avec Sean Price -R.I.P- et membre du Boot Camp Click), Skanks The Rap Martyr, ou Ruste Juxx… dont on ne commentera pas les prestations, car évidemment impeccablement exécutées et inscrites dans la plus pure tradition Boom Bap. Bref, tout est bon dans le cochon comme on dit.


Et comme le trio infernal porte en lui les valeurs républicaines d’égalité et de fraternité, chaque producteur a droit à ses 4 morceaux. Ni plus ni moins. Si ça ce n’est pas la meilleure illustration de la parité, trouvez donc un meilleur exemple ! Certes, il n’y a que des hommes sur le LP, mais personne n’est parfait… #pressplay !

PARTAGER
Article précédentGod bless Paradise City !
Article suivantMR FINGERS AKA LARRY HEARD EN 10 TRACKS
Raph
Il était une fois Moi. Jeune, vigoureux et d'une intelligence rare, Moi a longtemps cherché un site et une équipe à sa mesure.C'est ce qu'il trouva enfin lors de sa rencontre avec les membres fondateurs du Limonadier, où le monde put enfin prendre conscience de tout l'incroyable potentiel qui était le sien.Passionné par le Rap et plus généralement par la planète Terre, c'est tout naturellement que Moi décida d'écrire et de partager inlassablement ses dernières trouvailles sonores.Cocktail Préféré de Moi : Une caïpirinha bien fraîche, cela va de soi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here