Au fait, on est allé voir Jeanne Added en concert

Look at them - Jeanne Added

Sous son physique gracile et sa fragilité, une voix puissante qui, dès les premières notes, vous emporte loin, très loin de Paris. Une finesse emprunte de froideur, de coldwave et de punk qui constitue une signature unique, celle de Jeanne Added. Le concert que l’artiste a donné le 7 décembre dernier à L’Élysée-Montmartre était tout simplement « sensational ».

Il faut dire que la Rémoise a du coffre, et du vécu. On ne vous refera pas l’historique de ses débuts au Conservatoire de Paris, à la classe de jazz de la Royal Academy of Music de Londres. En passant par la rencontre avec Dan Levy de The Do qui signe la réalisation de son premier disque, Be Sensational, sorti en 2014. Tout ça, on le sait.

Mais ce qu’on sait peut-être moins c’est que, bien loin du succès et de ses paillettes, l’artiste fait preuve d’une authenticité et d’une justesse qui, décidément, laissent pantois. Toute de noire vêtue, la chanteuse a ainsi illuminé la mythique salle du 18e arrondissement de son énergie brute et brûlante à la fois ! Une invitation à sombrer du côté obscur qui, décidément, ne se refuse pas.

Ce concert, qui était le premier d’une série de trois dates d’affilée à l’Élysée-Montmartre, a tenu toutes ses promesses. A commencer par une première partie rock’n’roll à souhait avec John Greaves ft. Olivier Mellanoo et Régis Boullard. Et dans laquelle Jeanne Added a fait une brève – mais remarquée – apparition, sous les applaudissements d’un public déjà chaud comme la braise.

Noir. Lumière. Les premières notes de « Be sensational » retentissent et on attache nos ceintures. Parés au décollage. Jeanne Added débarque, sourire aux lèvres, et entonne : « make me love you, be sensational ». Et tout de suite, on ne peut s’empêcher de se dire : « p******, mais quelle voix ». Quelle voix, mais aussi quelle présence ! Car une fois sur scène, la jeune femme fluette aux cheveux en bataille se mue en une guerrière rock, énergique et bondissante.

Jeanne Added - CC BY Léa Esmery
Jeanne Added – CC BY Léa Esmery

Des titres sombres aux influences rock comme « A War is coming », aux ballades émouvantes que sont « Lydia » et « Look at Them » Jeanne Added nous emporte dans son univers, à la fois sombre et ouaté. On se perd dans les nappes de synthé, on saute sur « Back to Summer ». Et on frémit quand elle s’empare de sa basse pour se lancer dans un solo à la fois sauvage et sensuel.

Bref, on se dit que l’on a bien fait d’être allé chercher plus loin que le battage médiatique qu’elle suscite. Car, en live, Jeanne Added ne triche pas. Et se sert de ses morceaux comme autant d’armes bien affutées, qui ne manquent jamais leurs cibles. Une efficacité quasi-mystique encore magnifiée par la silhouette de l’artiste qui enchaîne les poses, d’un bout à l’autre de la scène, sur fond de fumée bleutée.

Jeanne Added - CC BY Léa Esmery

Aller voir un concert de Jeanne Added c’est un peu comme croquer dans la pomme que vous tend la méchante sorcière dans Blanche-Neige. C’est faire face à une sorte de poison doux-amer qui vous enivre et engourdit vos sens. Un enchantement qui dure – malheureusement – le temps d’un concert seulement. En sortant de l’Élysée Montmartre, ce ne sont pas les bois peuplés de ronces et de champignons vénéneux que nous avons retrouvés. Mais bien la nuit parisienne et, aussi, le sentiment d’avoir pris une claque musicale. Et – masochisme oblige ? – on y retournerait bien le lendemain !