ITW | Bonne nouvelle : la pop de Ducktails est toujours aussi flegmatique que joliment perchée

Deux ans après son dernier album en date, St.Catherine, Ducktails revient pour le plus grand plaisir des fans d’indie pop pas chiante et réussie (oui, c’est presque un genre) avec un 6e opus qui sortira le 20 octobre sur le label New Images Ltd.

Si son dernier album tendait plus vers le rock, avec des titres comme « Heabanging in the mirror » où la guitare avait une place omniprésente, Jersey Devil se présente comme une affirmation d’un style tendant de plus en plus vers la pop matinée de chillwave et de lo-fi.

Comme un retour à son culte premier EP en 2008 et à l’image de titres comme « Friends » ou « Backyard »Jersey Devil laisse transparaître la place importante donnée au travail sur les textures sonores de Matt Mondanile, ex-guitariste de Real Estate et génie créateur derrière Ducktails.

 

Et en amont de ses concert en France cette semaine, Matt Mondanile a sympathiquement répondu à nos petites questions. On a donc discuté inspirations, excuses de rupture pourries, influences musicales venues de l’Est mais aussi de la niche au fond du jardin… On vous laisse lire tout ça ! Bisous.

________________________________________________________________________

Est-ce que Jersey Devil s’inscrit comme une progression naturelle de votre musique, ou bien est-ce que vous souhaitez être dans une évolution continuelle ?

Matt Mondanile : J’aimerais que ma musique évolue constamment, qu’elle explore toujours de nouveaux terrains.

 

Vous avez enregistré dans le sous-sol chez votre mère : est-ce que c’était une manière de retourner aux sources et quel impact est-ce que ça a eu sur l’album ? 

M.M. : J’étais quelque part qui m’est familier et où je me sens à l’aise. Je n’avais pas à faire les courses. J’avais tout mon temps, avec plein de souvenirs tout autour de moi. C’est certain que ça a eu un impact énorme sur le feeling de l’album.

Quelles ont été vos inspirations et influences pour ce nouvel opus ?

M.M. : La chienne de ma mère, Lucy et son insouciance, elle était tout le temps avec moi pendant l’enregistrement de l’album. Ma mère, qui s’occupe du jardin. Ma soeur, un être humain très fort, maquilleuse freelance.

 

Vous avez collaboré avec quelques musiciens talentueux d’Asie, comme Chi Yoon Hae du groupe coréen Parasol. Est-ce que la nouvelle scène indie en Asie influence votre son ?

M.M. : Chi Yoon Hae est un ami. Je l’ai fait venir à Los Angeles pour qu’il joue de la basse sur l’album. Ce qui m’intéresse le plus c’est la perspective avec laquelle les asiatiques détournent les sonorités de la musique occidentale. J’ai le sentiment qu’ils font des albums pop et rock en essayant de reproduire ce son en quelque sorte exotique pour eux, mais en ajoutant un autre élément d’exotisme pour moi, un auditeur Américain.

Des découvertes musicales à faire partager aux lecteurs du Limonadier ?

M.M. : Ecoutez la chanson ‘Monday Morning’ de Bread & Butter.

Pour changer un peu, pourquoi pas quelques questions un peu “thug life” :

  • Si vous étiez une insulte, ce serait quoi ? Espèce d’intello !
  • Un vice ? Fumer des cigarettes
  • Une maladie ? Des démangeaisons inexpliquées
  • Une arme ? Une épée
  • Un geste obscène ? Le doigt d’honneur
  • Une excuse de rupture un peu pourrie ? ‘ça marche pas entre nous’ via un email

Et la question traditionnelle du Limo : si vous étiez une boisson, vous seriez quoi ?

De l’Iced Tea.

Merci & Cheers !

Pour écouter l’album, c’est et pour vous le procurer, c’est par ici

Ducktails est en concert en France les :

10 octobre à Bordeaux, à Iboat

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here