Mixshake | Monsieur Cedric

Monsieur Cédric

Pour cette nouvelle Mixshake nous avons eu beaucoup de chance au Limonadier… Car nous accueillons aujourd’hui le Dj, producteur, patron de label et digger invétéré Monsieur Cédric ! Patron du label Série Limitée, il nous a fait le plaisir de nous préparer un mix spécial 45 tours rares ainsi que de répondre à nos questions de façon très généreuse.

D’autant plus que ce « Monsieur » possède une connaissance musicale impressionnante (ce que vous pourrez constater avec la mixshake et l’interview qui suit), mais il est aussi dans le « game » depuis de nombreuses années, ce qui lui confère une capacité de recul sur l’actualité assez salvatrice.

Alors, trêve de blabla, enfin pour nous (!), appuyez sur play et plongez vous dans cette belle interview !

Bonjour Monsieur Cédric, pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

J’aimerais beaucoup mais ça risque d’être difficile en seulement « quelques mots ». Cédric est mon prénom, comme de nombreux français nés dans les milieux ouvriers entre 1975 et 1985. J’ai choisi d’y ajouter, il y a bien longtemps, « Monsieur » pour que mon pseudonyme sonne Franco-Français à l’étranger, ainsi que pour éviter les classiques « DJ Cedric» & Co. Je suis donc né en France, mais j’ai vécu dans une petite dizaine de pays avant d’atterrir à Londres ou je vis actuellement. J’ai toujours été DJ, pour le meilleur et pour le pire. J’ai eu quarante ans cette année, je m’approche donc lentement mais surement de la catégorie « dinosaure ».

Comment et où a débuté ton amour inconditionnel pour la musique ?

Ma grand-mère me berçait avec des albums d’Ennio Morricone alors que je ne savais ni parler, ni marcher. Plus tard, j’ai écouté les disques de mon père. Comme tous les beaufs de son époque, il aimait beaucoup Johnny Halliday, mais heureusement, il appréciait aussi pas mal de trucs très soul comme James Brown ou disco comme Cerrone. Je me souviens qu’il me trainait souvent chez les disquaires ou il allait commander des « imports » et des versions « maxi ». On avait une bonne chaine hi-fi à la maison et du gros son dans la voiture, c’était la norme à l’époque; j’ai d’ailleurs eu très tôt la responsabilité d’enregistrer les cassettes. Au début des années 80, des émissions tardives diffusaient des vidéo-clips (comme « Platine 45 », présenté par Jacky) et mon père les enregistrait. Je les visionnais après l’école et y découvrais le son new-wave, funk, et pas mal de trucs rock-FM. Au milieu des années 80, mes parents avaient un ami très branché Italo-disco. Il y avait chez lui une belle collection de disques et le setup classique « 2xSL1200 + mixer ». Voyant que ça m’intéressait beaucoup plus que le foot, il m’a appris à m’en servir, puis il me laissait venir le mercredi après-midi enregistrer mes cassettes.

Peu de temps après, à l’époque du règne Stock-Aitken-Waterman (Glenn Medeiros, Kylie Minogue, et consorts), je me suis naturellement retrouvé en charge de jouer les musiques lors des « boums » du quartier. La même année, je pars en voyage scolaire à Londres dont je reviendrai avec le maxi des House Master Boyz, House Nation. Mais il aura fallu du temps pour que la House décolle enfin en France… Vers la fin des années 80, j’enregistrais une émission radio chaque samedi sur NRJ ; c’était le meilleur moyen de prendre connaissance des récentes sorties outre-manche et outre-Atlantique (mais trouver les disques en province était une autre histoire). C’était présenté par un jeune DJ du nom de Dimitri, qui deviendra plus tard Dimitri From Paris.

Quelles ont été tes motivations derrière la création du label Série Limitée ?

J’avais quelques vieux copains qui produisaient de la très bonne musique mais qui ne sortaient pas grand-chose, et je connaissais pas mal de nouveaux talents prometteurs qui sortaient de nulle-part ; je voulais les signer. Et puis j’achetais tellement de disques, je me suis dit que ce ne serait peut-être pas une mauvaise idée d’en vendre à mon tour ! J’avais la chance de pouvoir obtenir l’expertise et l’aide de deux vieux amis (Steve Frisco, avec qui j’ai fait mes premières armes en tant que DJ dans les after-hours de la Riviera, et Greg aka ERMAN, ancien leader du groupe Junesex, qui avait longtemps travaillé pour le label K7), j’ai donc foncé tête baissée dans cette aventure.

Quel est ton setup pour produire et mixer? Une préférence entre analogique vs numérique ou aucune ?

Mon setup est plutôt raisonnable : les machines Aira de Roland (TR8, TB3, SYSTEM-1, MX-1), passent par une DJR400, avant d’atterrir dans une carte son SPL Crimson et d’être traité par Ableton Live. J’ai aussi fait récemment l’acquisition du YAMAHA DX Reface dont je suis très satisfait. Ça va être dur d’en rester la, j’essaye de me contenir ! Je préfère évidemment le son analogique, mais ça reste un processus couteux et compliqué. Une chose est certaine : j’aimerais beaucoup dans un premier temps pouvoir me passer de l’ordinateur et jouer exclusivement sur des machines. Si je pouvais préparer un live, ce serait génial.

Est ce que tu pourrais nous parler de la Mixshake spéciale 45t tours que tu nous as concocté? Quelle est l’histoire derrière les disques que tu as choisi pour ce mix ?

La recette est plutôt simple : j’ai sorti un de mes flight-cases de 45t, et je me suis mis à piocher parmi plus d’une centaine de raretés. Heureusement, les disques étaient bien rangés, ce qui explique que les transitions ne soient généralement pas trop brutales. Alors j’ai trouvé un peu de tout : du hip-hop japonais, des kitscheries easy-listening, quelques musiques de films, deux ou trois disques qui sentent bon le soleil, et même un twist-couscous (« Habibi Twist« ) sorti en Italie au début des années 60. Autant dire que tout le monde devrait y trouver son compte. A noter que le Candido « Thousand Fingered Man » n’est lui aussi sorti en version 45t qu’en Italie, ce qui valide le bon gout chez nos voisins trans-alpins. Le but était de partager une sélection éclectique de disques rares et/ou intéressants. On n’y trouve pas vraiment de house, mais ce sera pour une prochaine fois !

Combien possèdes tu de disques dans ta collection ?

Beaucoup trop… mais ce n’est pas encore assez! Le problème, c’est que j’affectionne de nombreux genres: jazz, musiques de films obscurs, disco, bossa-nova, library-music… La collection grossit donc à vue d’oeil ! Heureusement, je n’en ai pas acheté durant huit ans ! Je voyageais et j’avais mis mis les disques de côté; ce n’était pas pratique et le digital, à l’époque en pleine expansion, semblait très prometteur. Ce n’est qu’en arrivant au Japon et en ecoutant les DJ jouer de vrais disques que j’ai réalisé à quel point le vinyl était irremplaçable (le digital ne représente que 15% du marché japonais). En quelques années, nous étions passés du disque au compact-disc, puis du CD au Mp3, pour terminer sur des ordinateurs (j’en ai même vu qui n’hésitait pas a jouer des rips YouTube complétement dégueulasses !)… Le son n’avait plus rien à voir, mais la transition s’était faite en douceur et la plupart d’entre-nous n’avait rien remarqué. Une fois arrivé à Londres, j’ai donc rapatrié ma collection, puis je me suis mis à rechercher les disques que j’avais manqué durant ces huit années. J’ai donc bientôt 8000 disques, mais je vais devoir mettre un frein et me débarrasser de quelques centaines de galettes sans grand intérêt afin de maintenir cette collection à une taille raisonnable.

Si tu te retrouvais perdu sur une île déserte avec une platine et un disque de ta collection (EP, LP), ce serait lequel et pourquoi ?

En imaginant que ce soit une île au climat tropicale, avec au moins un palmier, ce serait sans hésiter le Getz/Gilberto de Stan Getz avec Astrud et Joao Gilberto. Ce disque traînait dans les bacs du premier club ou j’étais résident, et je n’ai pas eu de scrupules à le dérober ! C’était il y a plus de 20 ans et je ne m’en suis toujours pas lassé. La bossa-nova est la bande son idéal pour un coucher de soleil au bord de l’eau.

A contrario, selon toi quels sont les trois morceaux, toutes époques confondues, propices à retourner un dancefloor ?

Et voilà la question subsidiaire ! Ça paraît simple d’y répondre, mais c’est un véritable casse-tête. Tout n’est pas si évident; le lieu, le contexte, les gens qui occupent la piste (et les drogues qu’ils consomment) changent la donne à chaque party.
Si le public me semble open, je peux facilement casser la continuité d’un set purement house avec un truc disco. Dans ce cas, je pourrais bien sortir de mon sac le Sylvester « Over & Over » (récemment réédité par Marquis Hawkes sur Homesick); une bombe épique de près de 10 minutes durant laquelle la première « diva masculine » du disco donne tout.

Si jamais je suis en face de puristes qui aiment la vraie deep-house, celle qui n’a ni âge ni couleur et qui cogne avec finesse, alors je peux placer le bien-nommé Rootstrax « Deep’n’Raw ». Sorti sur le label « Deeply Rooted House » de DJ Deep, ce disque est une vraie merveille. On ignore toujours qui en est vraiment l’auteur ; certains prétendaient que c’était Kerri Chandler, d’autres qu’il s’agissait de Ludovic Navarre aka St-Germain, mais DJ Deep a démenti en disant que l’auteur était français mais souhaitait rester anonyme. Bref, on est dans l’underground et on y reste.

Enfin, lors d’un after-hours, après un set costaud, j’aime bien recadrer tout le monde et redonner à la soirée des airs de « summer of love » en sortant les pianos et les violons… C’est le moment idéal pour sortir le Davina « Don’t You Want It ». Un track qui donne frissons, même aux plus blasés; probablement mon disque favori. Derrière cette chanteuse davantage connue pour ses sorties R&B se cache Mad Mike, le leader du label « Underground Resistance ». Un disque monumental.
J’aurais aimé en nommer une douzaine d’autres…

Quelques mots concernant tes projets à venir ?

Je suis plein de projets, mais le temps me manque cruellement.
L’aventure de « Serie Limitée » continue avec la sortie imminente du SL007, la préparation du SL008 ainsi que d’un EP hors-série du japonais 99LETTERS qui contiendra des remixes par Steve Frisco et moi-même. En 2016, j’espère pouvoir à nouveau presser un 7” en très petite quantité comme le SLHS001 qui s’était écoulé en une semaine.
A part ça, j’aimerais:
-maîtriser mes machines et produire davantage de musique.
-continuer à voyager et m’établir a nouveau dans d’autres pays.
-apprendre à jouer du piano.
-me perfectionner en japonais.
-lire davantage et terminer l’écriture d’un livre que j’ai mis en standby il y a quelques années.
-dessiner les plans d’une maison que j’aurais éventuellement l’occasion de construire un jour.
…autant dire que l’on ne va pas s’ennuyer !

La question du Limonadier, si tu étais une boisson tu serais quoi ?

Quelque-chose de sain, rafraichissant et pétillant… : une eau gazeuse ! Mais avec de fines bulles, s’il-vous-plaît…

Merci Monsieur !

 

Facebook de Monsieur Cédric
Facebook de Série Limitée
Site Web de Série Limitée
Soundcloud de Série Limitée

PARTAGER
Article précédentWoodie Smalls – Soft Parade LP
Article suivantCubenx – Banquet EP
Polair
L'autre papa, taulier depuis 5 ans de la musique électronique au Limo. De la techno industrielle berlinoise à la disco house des plus groovy en passant par de la micro à la roumaine, je vous parlerai de tous les styles qui ont ce petit truc qui fait battre nos coeurs.Si j'étais un cocktail je serais un long island ice tea, sucré mais violent.Pour des mixs et démos, c'est par ici >> https://soundcloud.com/polairwatso

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here