Mixshake | Homework

Pour cette rentrée nous avons décidé d’envoyer l’artillerie lourde ! En effet, c’est avec beaucoup de joie que nous dévoilons cette neuvième « Mixshake », en provenance encore une fois des contrées vertes et fleuries d’Hollande ! C’est le duo Homework qui nous a fait l’honneur de répondre à quelques questions et de nous concocter un mix des plus pétillants !

Alors trêve de bavardage, appuyez sur play et profitez de la lecture juste après !

Salut les gars ! Pouvez vous nous dire quelques mots sur vous ? Comme par exemple pourquoi vous avez choisi de vous appeler « Homework » ?

Salut ! Nous on est Tom et Zip et au cours des 8 dernières années on s’est fait connaître en tant que DJ et producteurs en duo sous le nom de Homework. Ce nom de scène est intrinsèquement lié à une petite référence confidentielle à la French touch 😉

Êtes vous musiciens de formation ou du genre autodidactes ?

Disons qu’on a plutôt appris sur le tas. On a tous les deux commencé très jeune à tripatouiller de la musique dans notre coin. Et évidemment, tu te mets à piquer des choses chez les artistes avec lesquels tu travailles.

Avez vous une sorte de rituel lorsque vous créez de la musique ?

Pas nécessairement, mais c’est super important que la musique nous vienne de manière “organique”. Produire peut devenir très vite frustrant si tu essaies de te forcer à créer.

Vous avez été signés chez plusieurs labels (Exploited, Made to Play, 20:20 vision, Wolf Music et plus récemment Let’s Play House) – quelle est la relation que vous entretenez avec chacun d’entre eux ?

Le truc c’est que chacun de ces labels ont eu un rôle et une signification à des différentes périodes de notre carrière. Certains de ces labels ont pris des chemins musicaux différents – certains d’ailleurs ont même carrément disparu. Ce qui est intéressant, c’est justement de voir comment le son, la scène et les gens peuvent évoluer en deux ou trois ans à peine.

Pouvez vous nous dire en quoi consiste « Circle of Trust » ? Et qu’est ce que c’est censé devenir à terme ?

« Circle Of Trust » est notre nouvelle série de podcasts. A la base, c’était juste une plateforme qui nous servait de vitrine pour nos propres mixtapes, mais c’est rapidement devenu un bon moyen de mettre en avant d’autres artistes. Du coup on a eu quelques mix d’artistes invités (par ex. Junktion, le boss du label Outplay avec Daniel Leseman) et on va continuer cette série avec (a priori) un mix réalisé par Thomalla – qui a sorti un EP de malade chez Running Back l’an passé – et on travaille également sur la possibilité d’embarquer dans cette aventure des artistes australiens reconnus.

Quel est votre avis sur la scène House hollandaise du moment ?

La scène house, dans le sens le plus large du terme, s’est toujours bien portée aux Pays Bas, et surtout à Amsterdam. Il y a toujours un truc de neuf à se mettre sous la dent, que ce soit un nouveau club, une nouvelle soirée, un DJ international qui joue quelque part, ou DJ Harvey qui fait un set de six heures quelque part sur une plage, etc. On peut dire que depuis pas mal d’années Amsterdam a clairement été gâtée à ce niveau là. Globalement c’est évidemment une bonne chose, même si c’est clair qu’on a parfois l’impression que ça en devient dur d’impressionner le public. Les gens ont tout vu, tout entendu… Généralement quand on va dans des villes plus petites qui n’ont pas la chance de voir défiler tous les jours autant d’artistes qu’à Amsterdam, les gens sont hyper contents de te voir et d’écouter ta musique ! C’est cette naïveté qui est dure à trouver à Amsterdam. Ça peut arriver, mais c’est rare.

Est ce que vous avez un pays ou une ville préférée ?

Ça peut paraître un peu politiquement correct comme réponse, mais c’est vrai : chaque pays et chaque ville ont un truc particulier à offrir. Parfois, quand on joue à l’étranger, on a l’impression d’être des explorateurs. En tant qu’étranger, tu confrontes ton point de vue à tout un tas de différences culturelles. A force de voyager, on s’est retrouvé dans des endroits qui nous changeaient vraiment de notre petit pays. C’était vraiment le sentiment qu’on a eu lors de notre récente tournée en Asie et en Australie. C’est dingue de voir à quel point les choses peuvent être différentes – surtout socialement – de part et d’autre du monde.

Qu’est ce que vous avez ressenti à la fermeture du « Trouw » ?

Les deux dernières semaines du trouw étaient complètement surréalistes. Le Trouw, c’était vraiment un club de malade. Un endroit immense mais dans lequel on se sentait malgré tout intime et underground. Et en terme de line up, les mecs savaient de quoi ils parlent. C’était assurément un endroit pas comme les autres. Mais le lien émotionnel qu’on avait avec ce club était très différent de ce qu’on a ressenti pendant ces deux dernières semaines. Certains types parlaient du Trouw comme s’il s’agissait d’un temple et qu’ils faisaient partie d’une secte fermée et élitiste. Les gens ont commencé à s’en vanter, presque religieusement. C’était devenu un peu absurde. Mais c’est vrai qu’il y a un grand vide depuis que le Trouw n’est plus.

Pouvez vous nous donner votre top 3 actuel des tracks qui retournent le dancefloor ?

Le nouveau EP de Harvey Sutherland de chez MCDE est au top. Ces derniers temps, on est vraiment raide dingue de ce morceau. Nos quatre mains à couper si ce type n’est pas devenu une star d’ici un an.

Il y a aussi ce nouveau son de 2000Black, sorti chez Rush Hour qui est époustouflant. Le groupe décrit lui même leur musique comme étant du ‘31st century funk’ et c’est exactement ça – irrésistiblement groovy.

Récemment, on a re-découvert cette bombe de Mr. G de 2012. On adore les accords chaleureux et la façon qu’il a de tabasser la track avec des hihats.

Quid de vos projets à venir ?

Et bien l’EP sorti chez Let’s Play House est finalement dispo en digital et en vinyle. Il y a la compilation « Deep Love 15 » qui va sortir chez Dirt Crew et qui contient un de nos morceaux et il va également être disponible en 12”.

A part ces sorties on est en train de bosser sur quelques nouveaux EPs. Il se peut qu’on en sorte un autre chez WOLF d’ici la fin de l’année si tout va bien.

Les podcasts « The Circle Of Trust » tournent bien et on essaiera de sortir un nouveau mix par mois à l’avenir.

Et pour finir, la question du Limonadier : si vous étiez une boisson (soft, hard, cocktail) – lequel seriez vous ?

A l’époque, un des meilleurs ingénieurs lumière d’Amsterdam nous comparait à du Jägermeister: crade mais irrésistible. C’est pas forcément la comparaison qu’on utiliserait mais bon. Notre cocktail préféré est de loin le whiskey sour. Alors voilà, c’est peut être ce qu’on est. Pas mal de chance de finir torché… un peu aigre… un peu sucré… ouais c’est ça, c’est ce qu’on est.

Merci beaucoup ! C’était très sympa 🙂

PARTAGER
Article précédentSerie Limitee 007
Article suivantNicole Willis & The Soul Investigators – Happiness In Every Style LP
Polair
L'autre papa, taulier depuis 5 ans de la musique électronique au Limo. De la techno industrielle berlinoise à la disco house des plus groovy en passant par de la micro à la roumaine, je vous parlerai de tous les styles qui ont ce petit truc qui fait battre nos coeurs.Si j'étais un cocktail je serais un long island ice tea, sucré mais violent.Pour des mixs et démos, c'est par ici >> https://soundcloud.com/polairwatso