A la recherche des pionniers du hip-hop

brule

« A l’époque où on était gosse, tu te souviens de ce que ça faisait rien que le son du hip-hop ?

L’effet que ça nous faisait, surtout à cette époque là, c’était du vrai de vrai, une bouffée d’air. » Brown Sugar

 
 

Retracer la genèse d’un genre musical aussi controversé que méconnu, voilà le pari qu’a pris Laurent Rigoulet pour son premier roman, Brûle, qui faisait son entrée sur le marché littéraire en août 2016. Et parce que se plonger dans l’univers hip-hop sans une playlist de référence à côté, c’est un peu comme manger un steak sans moutarde, c’est avec plaisir que nous vous présentons la bande originale du roman, Brûle: The Bronx mixtape, pour se mettre en appétit.
Pour acheter le livre, c’est par ici les amis.

Avec cette BO des plus éclectiques, faisons ensemble nos premiers pas dans l’univers du livre, celui du South Bronx des années 70’, où la culture hip-hop voit le jour. Tout y est, des pantalons disco aux survets’ urbains, du break-dance aux graffitis, en passant par l’ambiance soul et jazzy afro-américaine.
La linéarité de la BO est saisissante, véritable frise chronologique de l’histoire du hip-hop. Parties rythmiques endiablées et instrus folles s’enlacent pour redonner vie aux émulsions artistiques et créatives qui donnèrent au hip-hop sa première impulsion.

L’initiation au voyage est le maître mot, puisque nous plongeons avec ce roman dans les affres pas si lointaines d’un Bronx anxiogène, en proie aux guerres de gangs. Néanmoins, avec cette BO qui puise deep down dans les racines soul et funk de la culture hip-hop, le background historique s’éclipse au profit des Grands de la cour musicale : James Brown, Baby Huey et Sugarhill Gang, pour ne citer qu’eux. Sans conteste, les deux premiers figurent parmi les murs porteurs de l’édifice hip-hop, quand le troisième en est l’une des nombreuses portes d’entrée.

Mais la force de cette BO ne réside pas seulement dans l’accès au panorama musical qui précède l’avènement de la culture hip-hop. Bien plus, à la manière d’une bande sonore de film, elle appuie et met en valeur les passages du roman de Laurent Rigoulet – qu’on ne saurait que vous conseiller – comme avec cette reprise d’« Apache » des Shadows, par INCREDIBLE BONGO BAND, véritable mythe fondateur du hip-hop actuel, dont le sample fait encore référence aujourd’hui : « le rythme infernal de la ville qui tremble, qui vacille et palpite », à l’image du Bronx des années 70’, proche d’un tournant majeur dans l’histoire musicale et sociale contemporaine.

La version digitale sort aujourd’hui, vendredi 18 novembre 2016. Pour acheter la version physique sur CD, on va devoir patienter encore un peu: sortie prévue le 2 décembre (par là, et non nous n’avons pas d’actions chez la Fnac, c’est promis…).