Le gentil guide des albums de pop les plus “tendrichoux” #1 – Printemps 2017

Un grand merci pour votre tolérance envers cette race de mini chien

La période estivale ayant déjà du faire quelques dégâts sur votre capacité de concentration, on aurait pu essayer de vous accrocher avec un guide des meilleures terrasses à l’ombre des immeubles pour consommer des pastis trop chers tout en écoutant le bruit des voitures. Mais on s’est dit : tant qu’à se mettre à l’ombre, autant que ce soit adossé à un tilleul au bord d’une rivière, une citronnade bien fraîche posée dans l’herbe et des albums de pop tendre et bichoune (oui, tendrichoune) à se mettre dans les oreilles…

C’est pourquoi on a gentiment choisi de vous présenter ce petit guide subjectif des albums sortis ces trois derniers mois qui nous ont touché la corde sensible : celle qui donne envie de parler d’arbres qui sentent bon, de ruisseaux bucoliques, d’ombre non subie et de printemps déjà terminé. Et parce que vous n’écoutez plus vraiment d’albums, alors six d’un coup, ça doit quelque part être une bonne stratégie.


Au programme : de la pop cotonneuse et merveilleuse pour faire la sieste (crapuleuse), de la self-pop française mi drôle – mi funky – mi raisin, une BO faussement exotique mais vraiment pop, un indie-concentré de mélodies aussi claires que les rivières de Nouvelle Zélande (en provenance de Nouvelle-Zélande donc, puisqu’on va essayer d’utiliser le moins de synonyme possible dans cet article), du chef d’œuvre pop de chambre pour voyager, et de la pop sexy tristesse. Ah oui, et vous pouvez écouter tous ces albums en intégralité. Et les acheter. En vous souhaitant à tous, une excellente et gentille navigation.

Cigarette After Sex – Cigarette After Sex

C’est Qui ?

Cigarette After Sex est un groupe Texan avec un nom cool et un chanteur à la voix très douce (et très féminine), qui déroule sur ce deuxième album des chansons d’amour sur lit de guitares moelleuses, adossées à un mur sonore très agréable pour se reposer un peu. Gros succès sur Internet, donc peut être que vous vous enfoncez déjà tous les soirs avec depuis un moment. 

C’est pour qui ?

Pour tous ceux qui aiment la musique douce à écouter au premier degré tout en se faisant des petits films intimes, bien cosy dans son canapé. Attention : vous qui avez flashé à l’époque sur The XX, mais qui êtes soûlés des XX, on vous prévient il risque de vous arriver la même chose avec cet album. En attendant, YOLOLOL (#restonsjeunes), faites vous plaisir ! 

Pourquoi c’est kiki ?

Parce-qu’un album où tous les morceaux se ressemblent et qui donne envie d’être écouté d’une traite, plusieurs fois dans la journée, c’est assez rare. Une pop universelle qui fera vite partie de souvenirs très personnels, comme un bon vieux tube de Chris Isaak, mais en slowmotion et le kitsch en moins (ou pas – on en reparle dans quelques années).

Sortie le 9 juin chez Partisan Records / Pias.

 

 

Ricky Hollywood – Le Modeste Album

C’est Qui ?

Stephane Bellity, musicien pour de nombreux groupes et artistes de la scène pop parisiano-qualitative (le dernier en date : Hallo Maud) qui officie en solo depuis de nombreuses années sous le rigolo sobriquet de Ricky Hollywood. Ricky a déjà plein de morceaux mélancoliquement bricolées et drôles dans sa besace (écoutez sa rétrospective Mes meilleurs succès d’estime 2002​-​2010, son EP Renaturation…), et vient de sortir son premier et « modeste » album.

C’est pour qui ?

Tout comme celle de Philippe Katerine (qui d’ailleurs ne tarit pas d’éloges sur lui), sa musique touche à cette douce folie mêlée de lucide gentillesse tapie tout au fond de nous. Et va parler d’autant plus fort à ceux qui cajolent tout particulièrement cette partie d’eux. Au limo quand il fait trop chaud et qu’on ne sait plus quoi écrire, on appelle ça de la Self Pop : de la pop oui, mais juste pour vous.

Pourquoi c’est kiki ?

Parce-que ces morceaux sont assez uniques dans leur genre (la pop). Simples et accrocheurs au premier abord, ils ne jouent jamais la facilité, et déroulent un charme bancal au grès de petites expérimentations qui semblent aussi réfléchies qu’instinctives. En tout cas nous on adore son univers teinté d’ironie non cynique, parcouru par un amour sincère des sonorités un peu pétées et des jolies chansons, tout simplement. Le modeste album contient neuf morceaux, et on les aime tous. En particulier ses deux extrémités, l’anti tube « Prie pour moi », et le méga tube « L’amour peut être ». Mention « plus plus » pour la production très travaillée de l’ouvrage, la voix de Ricky semblant flotter au milieu de toutes ces mélodies synthétiquement bichounes. Bref, aimez Ricky.

Sorti chez FVTVR records le 26 mai 2017.

 

Fazerdaze – Morningside

C’est qui ?

Amelia Murray aka Fazerdaze aka la nouvelle sensation de tous les popeux et popeuses (habitant en ville, de préférence loin de la mer) amoureux de filles mimi cool qui font du longboard et surtout amateurs d’indie rock bien clair, bercé par le meilleur de l’adolescence.

C’est pour qui ?

Pour ceux dont on parlait juste au dessus (prenez des vacances !) mais aussi pour tout être humain qui aime les tubes qui donnent envie de regarder la mer, les pieds nus dans l’herbe, etc, etc. En fait, toujours les même personnes à qui s’adressaient les précédents albums de cet article. Gentil spoiler : les prochains albums font également partie de cette catégorie 😉

Pourquoi c’est kiki ?

Du tube extraordinairement prenant « Lucky girl », aux guitares quezaco cristalline (oui, vous avez bien remarqué, vous n’êtes pas sur le site de Télérama) de « Jennifer », la musique de Fazerdaze est comme une pommade d’amour sur nos nuques endolories à force de contractions virtuelles devant des écrans trop lumineux, et autres déceptions contemporaines. Et c’est déjà beaucoup.

Sorti chez Flying Nun le 5 mai 2017.

 

Isla del RojoIsla del Rojo

C’est qui ?

Isla del Rojo ? Oui oui, une bande de suédois qui ont sorti au mois de mai un premier album sur le petit label Tona Serenad, passé (un peu) inaperçu, et pourtant magnifique… Entre pop, jazz, folk et musique de film.

C’est pour qui ?

Pour ceux qui aimeraient écouter la bande son mutante et idéale d’un jeu vidéo à la Read Dead Redemption, mais où au lieu de massacrer des cow-boys et des coyotes, on se contenterait de pratiquer des activités relaxantes. Comme rouler sur des pentes d’herbes géantes, plonger dans des cascades d’eau translucide avec des copains de la tribu d’à côté, balader au crépuscule tout en caressant des bisons tout doux.

Pourquoi c’est kiki ?

Parce que cet équilibre pas forcément évident entre BO de Western fantasmé, musique d’illustration aux frontière du kitsch et montées soniques grandiloquentes, nous met dans une certaine extase. Du genre que l’on pourrait ressentir devant des grands espaces… Un conseil, ne vous laissez pas refroidir par le côté « groupe péruvien de gare » que peuvent dégager certains morceaux au premier abord, car l’ambition sonique et les belles mélodies font définitivement partie de ce petit (mais grand) voyage sonore. Mention spéciale aux morceaux « Ge Fjället Tillbaka » et « Till Min Familj » qui nous foutent des frissons à l’infini.

Sorti le 22 avril 2017 sur le label (qu’on adore) Tona Serenad.

 

 

Flotation Toy Warning« The Machine That Made Us »

C’est qui ?

Flotation Toy Warning est un groupe anglais qui a sorti un album culte en 2004 (Bluffer’s Guide to the Flight Deck) et qui revient 12 années plus tard sur le même label bordelais, Talitres. Label qui s’est d’ailleurs bien donné pour que puisse sortir ce disque. Bref, un groupe rare. Et précieux.

C’est pour qui ?

Pour les esthètes, ceux qui aiment les œuvres aux belles et farouches mélodies, de celles qui ne se livrent pas forcément facilement. Pour généraliser et mettre des tags cools dans cet article, les fans de Grandaddy, Sparklehorse, Idaho, Eels… devraient y trouver (plus que) leur compte. 

Pourquoi c’est kiki ?

Parce-qu’une tendresse timide et profonde se dégage de ces morceaux. Aussi classiques que grandiloquents, souvent longs et complexes, ils regorgent de moments surprenants, en quasi suspension. Parfois variée, parfois répétitive, leur musique forme des paysages libres. Pour des gens libres. Dans un monde libre. Et beau. On s’emballe. Mais écoutez. SVP.

Sorti chez Talitres le 16 juin 2017. 

 

 

Promise Keeper – S/T

 

C’est qui ?

Le londonien William Fussel, aka Promise Keeper, qui déroule sur ce premier mini album quelques grandes chansons de pop aussi sexy que triste.

C’est pour qui ?

Bon, déjà pour ceux qui n’ont pas encore lu notre article lors de la sortie de l’album. Mais surtout pour les aficionados de balades en vélo tendrement ivres, des écouteurs bien enfoncés dans les oreilles diffusant de la musique trop forte, trop sensible, trop référencée, trop classe. Et ceux qui ne sont pas plus fan que ça de ce genre de sonorité, ne fuyez pas, car le garçon distille dans ses morceaux de jolie petits moments de grâce. Ça serait dommage de s’en priver, non ? 

Pourquoi c’est kiki ?

Parce-que justement c’est ce trop plein de tout qui nous emballe. Le talent et les belles mélodies équilibrant la balance du plaisir coupable. Et parcequ’on l’écoute toujours depuis sa sortie. On trouve en effet que ces slows timides et ces tubes décomplexés se marient à merveille avec nos draps (mouillés).

Sorti le 16 mai 2017 sur le chouette label Atelier Ciseaux.

Voilà, merci à tous les gentils scrolleurs d’avoir parcouru ce gentil guide à moitié relou jusqu’à son gentil bout. On espère que vous avez pu y trouver de quoi vous sustenter cet été, sur la route de la détente et de la beauté. Et si vous voyez d’autres albums qui pourraient en faire partie, faites tourner, on est toujours preneur. Bisous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here