ENTRETIEN AVEC MAXYE // D.A. DU PUNK PARADISE

Dans la famille des « nouveaux clubs parisiens à la bien », on demande le Punk Paradise, ouvert il y a de cela 1 mois en plein cœur du 11ème arrondissement, 44 rue de la Folie Méricourt pour être précis. Ce club à la programmation pointue et à l’ambiance sauvage nous a tout de suite intrigué et donné envie d’aller poser quelques questions à Marie Ayme ou Maxye, programmatrice et directrice artistique du lieu. Entretien !

Hello Maxye, merci de nous recevoir ici dans l’enceinte du Punk Paradise. Avant de commencer pourrais-tu nous parler un peu de toi ? Qui es-tu ?

Je suis Marie Ayme, le jour et Maxye, la nuit. J’ai 26 ans et suis une réelle passionnée de musique. Mon passage à Berlin où j’ai vécu 2 ans m’a donné l’envie de me mettre à mixer si bien que cela fait 3 ans aujourd’hui que je tâte des platines et du vinyle dans un genre plutôt house/techno toujours assez groovy et percussif.

Comment es-tu rentrée dans l’aventure du Punk Paradise ?

Le propriétaire du Punk Paradise est aussi le propriétaire de l’Alimentation Générale, et un soir où je mixais là-bas il est venu me voir et m’a proposé d’aller boire un verre car il avait capté mon énergie et mon dynamisme. La semaine d’après, on a pris ce verre et au final il m’a proposé la direction du Punk.

Génial ! Puisqu’il faut en passer par là (et parce que ça nous intrigue), pourquoi le club a-t-il été appelé le Punk Paradise  ?

Punk : pour la mentalité « do it yourself », avec ce côté à l’arrache lié au fait que notre souhait est de regrouper des gens de tous les horizons et qui ont le même amour commun pour la musique et les lieux un peu bruts qui évoluent dans le temps avec son public et ses artistes. On a cette volonté commune très forte en tout cas : le côté raw et à l’arrache !

Et Paradise parce que ça colle bien et ça fait un petit jeu de mot avec le Pink Paradise. Voilà !

Le club est ouvert depuis le 7 février 2016, comment se passe ce premier mois ? Vous êtes en phase avec votre public et vos attentes ?

On est complètement en phase avec notre public, ce qui est notamment impulsé par la direction artistique que j’ai mise en place. On commence à avoir des habitués du quartier, ce qui était une réelle volonté de notre part. On reçoit également pas mal de connaisseurs et pour le moment nous sommes ravis du public que nous attirons.

En tant que directrice artistique, quelle est l’empreinte que tu as envie de laisser au Punk ?

J’ai vraiment envie de laisser l’image d’un lieu où on a une qualité artistique constante. Que les gens viennent le mercredi, le jeudi, le vendredi ou le samedi, en fonction des soirées, que le line up soit toujours ultra qualitatif et ne laisse jamais personne bredouille et déçu. Pour nous, peu importe la taille du dj, j’essaie de toujours proposer des line up impeccables.

Aussi, ce qui est important pour moi c’est de faire de ce lieu un endroit où se retrouver avec une autre manière de sortir. Ici, on est à la fois dans un club mais aussi un bar avec des prix assez sympas. C’est un lieu avec une super énergie et une bonne ambiance où chacun peut s’exprimer, et j’aimerais vraiment que cela perdure. Pour résumer, un lieu où on se sent bien et où on peut être surpris de soir en soir mais toujours du bon côté !

Du coup abordons la ligne artistique que tu suis. Quel est l’esprit ?

Je dirais qu’elle est variée, pointue, éclectique et conviviale.

En tant que DA femme, est-ce que tu te sens en difficulté par rapport à tes homologues masculins ? On a aussi entendu parler des soirées « please don’t Djane me » qui ont pour but de promouvoir les femmes djs. Est-ce que dans ta DA tu as envie d’aider les meufs djs à enfin avoir la place qu’elle mérite ? 

Oui c’est une vraie volonté de mettre en avant les femmes mais ce n’est pas vraiment la volonté qui manque mais plutôt les candidates malheureusement. J’ai pas envie de booker une dj car c’est une fille mais plutôt parce qu’elle a du talent. Après en tant que DA, je ressens pas du tout le gap qu’il peut y avoir entre homme et femme, en revanche en tant que dj, je le ressens plus. En effet, que ce soit dans l’exigence attendue au niveau technique ou encore dans la manière dont les gens me parlent, oui là je ressens la différence. Disons qu’il faut se battre un peu plus. Néanmoins ayant gagné le lab festival l’année dernière, je sens que cela m’a apporté une véritable crédibilité aux yeux de la profession.

On va basculer du côté musique de la force. Quels sont pour toi les meilleurs labels de la scène parisienne (en ce moment) ?

Objectivement D.KO Records car ils ont vraiment de supers artistes. On a d’ailleurs fait l’opening du club avec eux et c’était une belle première date avec l’esprit groovy et familial du collectif. Après, je suis aussi beaucoup ce que fait Exploration Music dans un délire beaucoup plus pointu et underground. Ils proposent vraiment quelque chose de nouveau et différent.

Pour les amis et mon côté bass music, je pense au collectif Bass Paradise qui fait des choses qui changent dans la dubstep, la dub. C’est un peu ma deuxième famille !

Que penses-tu de la scène musicale parisienne aujourd’hui par rapport à des villes comme Londres ou Berlin ?

Je pense qu’on ne surpassera jamais Londres car ils auront toujours 10 ans d’avance sur nous, ça c’est clair. Après Berlin est une ville ultra particulière donc c’est dur de comparer.

Concernant Paris, il y a un nouvel essor c’est sur ! Il y a de plus en plus de gens qui s’intéressent au monde de la nuit et de plus en plus de personnes qui proposent de nouvelles choses et ça c’est vraiment génial ! On a néanmoins à Paris toujours un petit problème en termes d’état d’esprit. Les gens sont plus difficiles et plus exigeants avec la critique facile et c’est un peu dommage, globalement, ce manque de tolérance et d’ouverture d’esprit parfois… Mais bon on est comme on est, et je trouve ça bien ce renouveau et tous ces gens qui se motivent à faire bouger les lignes et changer les choses !

Si le Punk Paradise devait être découvert en 5 tracks, quelles seraient-elles ?

Here we go :

KRIS WADSWORTH – « INFILTRATOR »

SOULEANCE – SECOUE

SAIAN SUPA CREW – X RAISONS

PAUL JOHNSON – IN YOUR FACE

FLABAIRE – LA GREVE DES ETOILES

Humm exquis… Bon, et dans quel état d’esprit doit-on venir au Punk ?

Ouvert, aimable et sympa. Pas besoin de plus. La bonne humeur entraîne la bonne humeur. Souris à quelqu’un et il te sourira.

Words! 🙂

La question du Limonadier pour terminer. Si tu étais une boisson ce serait quoi ? 

Alors pour moi, ce serait une coupe de champagne car c’est la boisson qui me représente le mieux.

Et pour le Punk Paradise ?

Un Gin tonic bien serré !

Bien serré on vous le confirme, notre mal de crâne du dimanche matin en attestera ! On vous conseille de venir le goûter d’ailleurs sans plus tarder !

Merci Marie et longue vie au Punk !

Les dates à venir en Avril, pour sa toute première fois ou pour le plaisir d’y retourner sont :

Vendredi 1 – Alex Murak (Silver Network / Book M.y), Toni Be (Rawthenticity / Courtesy Of Balance), Dr Salt (Book M.y)

Samedi 2 – Varoslav (Rue de Plaisance), Rohmi (RA+RE), Maxye (Punk Paradise)

Mercredi 6 – L’Aperitivo Libanais #6 – Rodrigue Soulgroove

Jeudi 7 – Snowball (Exploration Music), Selecta Theo (Upfull Posse), Serj (Bass Paradize)

Vendredi 8 – Marwann Sabb_ (SCI+TEC / Time Has Changed), Joren (Die nacht – Bien), Maxye (Punk Paradise)

Samedi 9 – Mélodie (Meterez / RORA), Dawidu (Te Iubesc), Ere

Mercredi 13 – L’Aperitivo Libanais #7 – Davjazz (Boogie butt / Rinse)

Jeudi 14 – DJ Psycut (22 tracks, Jazz Attitudes), Aurelio (LostGroove / Rinse), Musicologie Crew

Vendredi 15 – Céline (La Sundae), Morfine (Goldmin), Maxye (Punk Paradise)

Samedi 16 – Franck Roger (Home Invasion), Jef K (Silver Network)

Mercredi 20 – L’Aperitivo Libanais #8 – Lamixtape, Inna di Mood

Jeudi 21– Rafael Aragon (Global Hybrid Records), Gal Kadan (Laisser-Passer), Lady Six Sky (Esperanza)

Vendredi 22 – Nick V (Mona), Dusty Fingers (Dure Vie), Laura BCR (Bass Cadet Records / On Board)

Samedi 23 – Oxyd (Intramuros), Hxb (75021 / Sonotown), Rawls (Exploration Music)

Mercredi 27 – L’Aperitivo Libanais #9 – Flegon (Flegon Records)

Jeudi 28 – Lord Funk (Bearfunk / Celluloïd Records), Dj Foxybee

Vendredi 29 – Nicholas (Home Taping / Live at Robert Johnson), In Flagranti (Street Meat / Razor n Tape), La Pause Crew

Samedi 30 – Yann Kesz (Nowadays Records), Keumel (Jekyllethyde), Sterne (Exploration Music)

 

LA PAGE FACEBOOK 

 

 

 

 

PARTAGER
Article précédentLISBOA DANCE FESTIVAL 2016 // LIVE REPORT
Article suivantLive Report – Lianne La Havas @ Casino de Paris
Lexoo
Darone de la Bande, rédactrice mais aussi responsable des partenariats et des événements du limonadier. J'aime la Funk, la Black Disco et la House music. Pour vous donner une idée, mes plus grandes claques musicales : Gerd Janson au Pano, MCDE au Weather, Jamie XX au Pitchfork et Aretha Franklin au Ravinia Festival, Chicago...Et beaucoup d'autres en fait ! Mon Cocktail Préféré : Un Mojito bien dosé bien sûr !