Entrons dans le Game à coup de Kaïoken !

Aussi bien aux Etats-Unis qu’en France, la culture manga a une forte influence sur la production musicale contemporaine, et Dragon Ball, l’animé créé par le Kaïo Shin Akira Toriyama, règne clairement en maître sur l’univers rap et hip-hop.

Au premier abord antagonistes, les cultures rap et manga se rencontrent et se fécondent fréquemment sur la scène française, et la raison est simple : les deux mouvements se développent de manière concomitante en France. Goku, Végéta, Piccolo, Krilin, Freezer, Cell et bien d’autres encore, ont donc accompagné d’une manière ou d’une autre les MC du moment dans leur jeunesse. En effet, Dragon Ball est un pilier de la culture populaire actuelle, que s’amuse à traverser et revisiter le rap : c’est donc un référent culturel générationnel, qui parle directement au public à qui s’adresse la musique rap.

« Le rap ? Ca m’dérange pas moi j’aime bien » C17

Ensuite, notons que les valeurs et traits de caractère des héros de Dragon Ball – et le parallèle avec les super héros de Comics ne serait pas anodin – correspondent à l’état d’esprit du Rap Game : le duel, l’ego trip, le surpassement de soi et l’humour, constituent un socle solide de valeurs sur lequel les rappeurs forgent leurs lignes et leur identité.

Dans une logique d’identification, réelle ou fantasmée, les MC font donc parler leurs souvenirs et rappellent à la vie certains de leurs personnages favoris, tant dans les lyrics que dans le clip de leurs titres.

On comprend peut-être mieux pourquoi en fin d’année dernière, Nekfeu est revenu de quelques semaines passées au Japon avec Cyborg, une petite perle qui respire la culture nippone. Ademo et N.O.S aussi sont des grands fans de l’animé, visiblement source d’inspiration pour nombre de leurs titres et sorties médiatiques : Végéta dans « J’comprends pas », la nette allusion à la planète Namek dans le clip d’ « Oh La La », réalisé par la team de Kaméraméha ou encore cet ultime hommage, lors de leur ShowCase au Palais de Tokyo le 31 octobre 2015, où PNL se met en scène sur le nuage magique de San Goku.

 

Pour illustrer le tout et faire plaisir aux fans, voici donc une petite liste non exhaustive de morceaux rendant hommages à DBZ dans le rap français. La légende raconte que Végéta les passe en boucle dans la salle du temps.

« Kaméhaméhazer » San Gohan 92i

 

En 2013, le $ Crew sortait son premier album Seine Zoo en référence aux senzu de Maître Karin, ces haricots magiques aux propriétés régénératrices. Dans « Ma force », Framal se prend pour Goku et invite son public à lui donner sa force pour lancer un Genkidama, attaque ultime de notre Sayan favori.

Dans son morceau « Tu casses, tu payes », Mac Tyer confesse aimer mater des culs comme Tortue Géniale.

Pour le track éponyme de son album consacré à DBZ, « Dragon Rash », Demi-Portion, le rappeur aux « sept boules de freestyle », dévoile un clip de pur fan du manga.

En 2014, Dinos Punchlinovic propulsait le game sur une autre galaxie, destination « Namek ».

Dans « Polémiquement Incorrect », El Matador compare la surveillance du gouvernement au troisième oeil de Tenshinhan.

Zekwé Ramos rend hommage aux animés du Club Dorothé qui ont fait son enfance. Et évidemment, notre cher Dragon Ball n’est pas en reste ici.

 

Comme souvent, Nekfeu cale une petite réf à DBZ. Ici c’est sur « Ma Dope » que le rappeur mentionne la coupe de cheveux de Trunks.

 

 

Bonus Controversé :
Dans un de se classiques, Jul compare se touffe de cheveux à la crinière de Broly. Mais afin de ne pas heurter la sensibilité de nos lecteurs dissidents, on préfère censurer le morceau. C’est comme ça, c’est 2017.

 

Outre tous ces petits hommages à Dragon Ball que l’on vient de citer, les textes de rap et de hip-hop sont pétris d’éléments de l’univers du manga : les boules de cristal, le détecteur de Radditz, la transformation en Super Sayin, la fulgurance du Ki,  les soirs de pleine lune et bien sûr la salle du temps… preuves incontestables de son influence sur le cerveau de nos rappeurs préférés, qui, comme nous tous, semblent ne pas vouloir grandir.

Et toi, t’es plutôt nuage magique ou téléportation ? Cheers 😉

3 Commentaires

    • Hello, merci pour ta suggestion. Nous ne l’avons pas oublié, mais il fallait faire des choix pour avoir 7 titres précisément. Comme ce titre est moins un hommage en clin d’oeil à DBZ qu’une collaboration avec la vf de Végéta, sans qui le morceau ne vaudrait rien, j’ai choisi de ne pas le mentionner. Mais good job pour ta vigilance, tchous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here