Cadillac Freeze fait chauffer le moteur du Hip Hop pour vous emmener en ballade R’n’B

On ne cesse de le répéter mais le monde de la musique est impitoyable, et c’est ce que nous avons ressenti en découvrant le rappeur Cadillac Freeze. La sortie de son album Good Vibes Only l’année dernière avait échappé à nos écrans radar et était passée totalement inaperçue. Après une telle claque, votre webzine préféré ne pouvait décemment pas garder une telle trouvaille pour lui et se devait de la partager à ses chers lecteurs scrolleurs…

Tout avait commencé par la découverte d’un morceau au titre des plus énigmatiques « El Miraj in Tha Garage », nous étions alors décontenancé face à cet objet musical non identifié, une perle d’un genre nouveau qui nous déroutait un peu, il faut le dire. C’est alors que la suite du morceau s’enchaînait, et que tout prenait forme, délivrait un sens, par des biais encore très inhabituels en compo’ Hip Hop…

Cette trouvaille avait réveillé et aiguisé notre appétit sonore. Cette première virée ne pouvait décemment pas s’arrêter là, et la découverte de son dernier album (sorti en juillet dernier), intitulé Good Vibes Only, s’annonça décisive. En effet, une telle entrée en matière, remarquable, peut se révéler dans bien des cas et pour de nombreux artistes, n’être que le fruit d’un heureux hasard dissimulant le plus souvent une discographie décevante. Mais ce que nous allions écouter dépassait toutes nos espérances…

Comme vous pouvez le constater, le rappeur et producteur californien offcie dans un r’n’b résolument aérien et déconnecté du monde environnant, s’inscrivant très explicitement dans le même registre de son confrère LIKE (dont nous vous parlions dans un précédent article). Cadillac Freeze prône une musique à la douceur exacerbée, un peu étrange et sacrément élévatrice.

Que les rimes soient chantées, voir même marmonnées pour « One Life », qu’importe, les productions quittent la dimension terrestre pour atteindre un ailleurs, plus incertain et nimbé d’une fumée blanche cotonneuse.

Une délicatesse qui parvient à rendre le vulgaire mélodique, une prouesse relevée sur « Stupid » où le rappeur mêle vocals caressantes et flow mesuré. Bien que l’artiste s’engage dans une musique r’n’b chantée, rassurons les puristes, notre cher bolide à l’allure rutilante n’en délaisse pas le rap pour autant comme le démontre le titre « Rapgame Bruce Wayne ».

« Ladies Love Kool James » symbolise à son tour cette efficacité dont fait preuvre l’artiste aux multiples facettes. Une pépite d’un genre hybride qui allie beats électro eighties puissants à la rudesse des rimes et de back vocals veloutées. Une réussite totale.

Good Vibes Only aura su nous convaincre et brillamment planter le cadre d’une esthétique Hip Hop bien précise en un seul album, une philosophie sensorielle initiée par d’autres talentueux artistes avant lui : mêler hip hop et l’enrichir d’une chaleur propre au r’n’b, presque féminine, le nimbant d’une aura romantique. Une efficacité rendue possible grâce à une effusion de genres multiples, non seulement hip hop mais électroniques, et de tonalités rock. Cadillac Freeze… Souvenez-vous de ce nom, car vous allez en redemander, à coup sûr…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here