Amsterdam Dance Event 2017 | Les 3 événements qui ont marqué notre marathon

ADE 2017 © ADE Live Report team
ADE 2017 © ADE Live Report team

On vous l’annonçait il y a quelques semaines, nous nous sommes rendus à l’Amsterdam Dance Event. Séjour durant lequel nous nous sommes délectés de toute la culture électronique qui a embaumé la ville pendant cinq jours. Record d’affluence cette année, puisque pas moins de 395 000 visiteurs se sont donnés rendez-vous pour s’abreuver de beats aux détours des 165 canaux qui composent la ville.

L’ADE accueillait aussi cette année plus de 550 speakers pour animer les débats autour des divers questionnements que suscite la scène électronique actuelle. Et oui, l’ADE est avant tout un rassemblement des professionnels du secteur agrémenté, bien sûr, d’une pléthore d’events avec tous les plus grands DJs que vous pouvez imaginer.

À peine arrivés, nous n’avons pas perdu de temps et nous sommes dirigés à l’Info & Ticket Point afin de récupérer nos Pass et nos programmes : nous étions lancés !

Focus sur trois événements qui ont marqué notre séjour :

JEUDI 19

Arrivés un peu tardivement, mais néanmoins juste à temps pour le Live de Karenn (Blawan & Pariah), nous nous sommes frayés un chemin tant bien que mal jusqu’à la salle principale, où nos deux compères officiaient en maîtres.

De la techno qui tabasse nous a accueilli au milieu des milliers de fêtards venus se mesurer au « Wall of Sound », comme l’indiquait le nom de l’événement.

Comme les bonnes groupies que nous sommes, nous nous sommes rapprochés de la première ligne afin de prendre la traditionnelle photo du duo. Surprise, l’endroit où devait se trouver le DJ Booth était vide, alors que toute la foule était, comme à son habitude, tournée vers lui. Nous nous sommes donc mis à leur recherche, bravant vaillamment la foule, et nous les avons retrouvés en compagnie de la régie au fond de la salle, mixant joyeusement tout en faisant un pied de nez à l’habituelle masse informe dansant en leur direction.

À 2H30 c’est ensuite Helena Hauff qui a pris le relais pour le plus grands plaisir de nos oreilles, et au grand désarroi de nos petites jambes pas vraiment sportives. Dès son arivée, le rythme s’est instantanément intensifié, effleurant parfois les limites du hardcore. Puissant !

La scénographie était également au rendez-vous. Une ambiance très sombre, beaucoup de moments d’obscurité entrecoupés par des rayons lumineux blancs. Le tout donnait un quelquechose de très particulier, avec notamment des images en couleurs représentant des yeux bleus aux pupilles énormes au plafond.

Arrivé au terme de ce set d’1h45 très sportif, c’est au tour de DVS1 de prendre les commandes pour retourner littéralement le Warehouse Elemententstraat avant d’enchainer sur un closing d’anthologie signé Oscar Mulero.

VENDREDI 20

Attirés par la line up qui, entre nous, envoyait salement du pâté, nous nous sommes rendus à Intercel x Perc Trax.

Comme à notre habitude nous ne sommes pas arrivés très tôt mais juste à temps pour voir la fin du Live de Scalameriya & VSK. Le duo a su nous mettre en jambe pour la suite, que nous avons particulièrement apprécié : Randomer.

Nous n’avions encore jamais eu l’occasion de le voir, malgré nos pérégrinations nocturnes très intensives. Nous étions restés sur son track « Bring », qui commence quelque peu à dater. C’est pourquoi nous avons été très surpris de trouver dans son set de la techno très métallique, alternée avec des phases que l’on pourrait qualifier de mélodieuses par moment. Très différent, donc, des aspects très deep et très sombres que nous retrouvions sur son morceau sorti sur Hemlock Recordings en janvier 2013.

S’en est suivi le live d’Ansome, qui nous a bien régalé comme à son habitude. Celui-ci nous a assommé de sons très analogiques avant de laisser sa place au maître de cérémonie, Perc. Et comme des mots ne valent pas tout le temps une bonne vidéo, on vous laisse en juger par vous-même :

Nous retiendrons de cette soirée un enchaînement de visuels tous plus beaux les uns que les autres, avec notamment des vidéos de danse en boucle aux formes indescriptibles ou encore des scènes de feuilletons asiatiques. De quoi rester scotcher devant ce travail de VJing léché à souhait.

SAMEDI 21

Direction le Mediahaven pour cette dernière nuit de folie – et oui, partant tôt lundi matin nous ne nous sommes pas risqués au closing dimanche soir – nous nous sommes rendus à l’event Circoloco x Loveland.

Seth Troxler - ADE Loveland x Circoloco © Loveland / Circoloco
Seth Troxler – ADE Loveland x Circoloco © Loveland / Circoloco

Chemin très difficile sous la pluie torrentielle. Nous sommes arrivés jusque sur les lieux du crime, trempés, mais bien là pour en découdre.

Une fois les portes passées, nous nous retrouvons dans une ambiance beaucoup plus singulière que les événements des soirs précédents. Nous sentons bien la différence de population entre la scène Techno qui tabasse et la scène House / Tech House façon Ibiza que nous retrouvons ici.

Ce n’est pas un hasard. Une soirée Circoloco n’en serait pas une sans cette touche qui lui est propre et qui nous a transporté, du début à la fin de la timetable, en pleine mer méditerranée.

Mention toute particulière pour Seth Troxler, qui a littéralement fait trembler la salle principale de 3H à 5H, à grand coups de Micro House mêlée à des pépites Acid sûrement unreleased le connaissant. Son set nous aura tout simplement laissés sans voix !

Nous avons tout de même réussi à identifier une de ces pépites dans le lot. On vous la fait découvrir juste ici :

On vous laisse avec une playlist de sons passés pendant ces quelques jours de fête, allant de la disco à la techno indus.

See you next year 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here