5 instrus idéales pour rapper tout seul comme une merde

0
187 vues

Ne nous mentez pas, vous vous êtes souvent imaginés en train de rapper comme vos artistes favoris, dans des situations où votre charisme et votre allure auraient pris un petit bonus + 10000 sur l’échelle “mon quotidien est potentiellement un clip en slow motion UHD 4K”. Et avouez, ces pensées sont souvent suivies d’un petit malaise. Quoi de mieux, donc, pour (tenter) de le rapper (le malaise), que des beats hip hop aux résonances mélancoliques ? Allez, vous avez le droit. C’est même à la mode, la solitude, il paraît. 

Voici donc 5 instrumentaux que vous prendrez plaisir à massacrer comme les débutants pétris de honte que vous êtes, ou que vous écouterez juste car c’est cool quand-même les beats hip hop. Sauf les types beats ridicules bien sûr. En plus on est sympa, on vous pose le contexte mytho à chaque fois. Suivez-nous, on vous emmène vous faire des gros films, tandis que vous bafouillez fragilement des rimes pauvres entrecoupées d’onomatopées hésitantes.

 

ShinoX-DreamBeats “ShinoXMker”

C’est ça, vous êtes le rappeur contemplatif par excellence. Vous êtes d’ailleurs en ce moment même en train de rapper devant un fond vert remplacé par un ciel et des effets célestes, sur un petit nuage à la Sangoku. Malgré le fait que vous avez les mêmes références que 88% de vos congénères, vous rappez tout le recul que vous possédez sur la vie, vous êtes la sagesse incarnée, les yeux un peu brillants (cours Florent), à parler de maman (remboursez-la un jour). Un rappeur aux cheveux longs qui voit loin. Vous êtes beau, vous faites du Rap comme Brian Eno.

 

j^p^n“gates”

En tant que parrain de la Mafia, vous devez faire un choix entre le business, et l’amour. Mais vous ne choisissez pas. Jamais. BIM. Et on pose son gros couplet avec ses grosses couilles (ou ses grosses ovaires si vous préférez. Mais c’est pas sûr.). Vous rappez les yeux vides, sans expression, mais avec classe, tel Daniel Craig dans James Bond qui vient de perdre sa copine dans les eaux de Venise, conduisant son hors-bord dans la direction opposée d’un coucher de soleil qui disparaît derrière l’île du Lido.

 

Myth SyzerIkaz Boi“ Timeless”

Vous êtes un tueur à gage qui en marre de son métier. Un contrat vient de se terminer, et c’était particulièrement dur. Vous posez vos 12 mesures dans un bain beaucoup trop chaud, la peau des mains flétries et un gros boboz dans le bec. Vous vous enfoncez dans l’eau tout en bougeant la tête, un inconnu s’approche de vous, mais c’est pas grave. C’est bon de se laisser aller. Enfin.

 

Chicho Cortez “Wait” / Extrait de Mutant Santa Vol 1, très cool compilation de Noël du label Mutant Ninja.

Un son idéal pour une balade en costard délavé dans les rues délabrées de la Nouvelle-Orléans. Vous alternez petits couplets minimalistes et chantonades Soul sur la vie qui s’acharne parfois sur certains. Et quelle prestance, les gens dans la rue forment un cercle autour de vous, vous claquez des doigts, petits clins d’œil puis vous vous envolez dans les airs comme une sorte de Jésus (ou de Mary Poppins) car ce son est beaucoup trop planant, en fait.

 

Moby – « God Moving Over The Face of The Waters » (Intouch Edit)

Là on vous prévient ça part en couille. Voici un remix trappy du plus beau morceau de Moby, dans un des meilleurs films de tous les temps, Heat. Parce que c’est quand même super hip hop et triste, Heat. Idéal en tout cas pour rapper tout en tenant la main de votre meilleur ennemi alors qu’il décède (et qu’un Boeing s’envole au-dessus de vous). Bon le son est un peu à l’arrache, ok. Et si vous réécoutiez plutôt l’original et que vous arrêtiez de lire cet article chelou ? De toute façon il est terminé. Et arrêtez de rapper aussi, c’est gênant et vous postillonnez sur cet écran qui colle beaucoup trop désormais. Peace 🙂